Une nouvelle vie se présente pour Joanie Whittom

Une nouvelle vie se présente pour Joanie Whittom

La Septilienne Joanie Whitom met fin à sa carrière de volleyeuse de niveau compétition. De nouveaux défis l'attendent maintenant, tant au niveau personnel que professionnel.

Crédit photo : Yves Longpré

Cinq ans au secondaire; quatre aux couleurs du Husky de Jean-du-Nord/Manikoutai de Sept-Îles et une année à l’IESI. Sept ans passés en Estrie, à Sherbrooke; trois à défendre le chandail des Volontaires du Cégep et les quatre dernières pour le Vert et Or de l’Université. Au travers, quelques autres uniformes, toujours au niveau compétition. Tout ça, c’est fini pour la Septilienne Joanie Whittom qui accroche ses souliers et range ses genouillères. La femme de 24 ans se dit prête pour de nouveaux défis.

Sans nouvelle pour le camp nationale pour l’équipe des Universiades, Whittom a pris la décision de passer à autre chose. Le 24 avril, quatre ans d’études universitaires se termineront pour celle qui aura en poche un double baccalauréat en administration des affaires; l’option ressources humaines et celle management.

«Il y a deux ans, il ne manquait pas grand-chose pour que je sois sur l’équipe (Universiades), mais cette année, pas de nouvelles et je devais prendre une décision. Et le fait que mon copain se retrouve à Sept-Îles pour ouvrir une clinique podiatrique, ce sont des points qui ont pesé dans la balance et il fallait que j’avance», a souligné Whittom.

La Septilienne ne le réalise pas pleinement que c’est la fin du volley, mais se sent d’attaque pour ce qui s’en vient. «Je ne le réalise pas complètement, mais je suis prête à ça, pour de nouveaux défis personnels et professionnels. J’ai hâte d’entamer mes prochains défis et je suis prête à entrer dans la vie adulte», a mentionné celle qui rejoindra le groupe Whittom de son paternel le 1er mai. La «retraitée» compte aussi renouer avec des amours passablement délaissés durant les sept dernières années; la ringuette, le touch-football et le ski. «Je veux me diversifier, et je vais rester active.»

«D’avoir partagé le terrain avec ma sœur, je vais toujours m’en rappeler» – a souligné Joanie. Les deux Whittom ont évolué ensemble lors de la saison 2013-2014 du Vert et Or. (Photo : Sébastien Desbordes)

Voyages, amitiés, sœur…

Discipline, détermination, entregent et relation publique, des éléments de ses années de volleyball qui la suivront dans ses nouveaux défis, qui auront forgé la femme qu’elle est. Et autant d’années de volley, ça fait place à beaucoup de souvenirs, «les trips de voyage» (Winnipeg, Calgary, Floride et la France), les rencontres; «des amitiés qui dureront toute la vie même si je serai à Sept-Îles», et la saison 2013-2014, saison lors de laquelle elle a évolué avec sa sœur Andréanne. «D’avoir partagé le terrain avec elle, je vais toujours m’en rappeler.»

Petite déception

La seule petite déception pour la Septilienne face à sa carrière, c’est de ne pas avoir goûté à une participation au Championnat canadien. «On a fait notre possible, ça prend un perdant et un gagnant. Ça aurait été une belle expérience, mais je n’ai pas de regret, car on a toujours tout donné.»

Sa carrière de volleyeuse aura cependant été marqué d’honneurs individuels; des présences sur les équipes d’étoiles du circuit universitaires québécois, des titres de «libéro de l’année» et le prix du leadership et de l’engagement social et communautaire. Mais ses prix, elle les aurait bien échangés contre une place au Championnat canadien.

Merci!

Comme mot de la fin, des «mercis» de Joanie à tous ceux et celles qui l’ont suivie, ses entraîneurs et ses coéquipières et le Tournoi Orange Alouette pour son soutien! Et bien entendu, à la famille!