Les Nord-Côtiers patientent plus de 287 jours sur le guichet d’accès

Les Nord-Côtiers patientent plus de 287 jours sur le guichet d’accès

Crédit photo : iStock

(LE MANIC) Les patients orphelins de la Côte-Nord inscrits au guichet d’accès à un médecin de famille (GAMF) attendent en moyenne de 287 à 637 jours, selon des données dévoilées par la Coalition avenir Québec (CAQ).

Par Karine Boivin Forcier

La CAQ a obtenu ces chiffres, dévoilés dimanche, grâce à la Loi sur l’accès à l’information et dénonce l’écart entre ces délais et ceux de 30 à 60 jours promis par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barette.

Quant aux délais maximums d’attente des patients inscrits pris en charge au cours des six derniers mois, ils ont été jusqu’à 1 688 jours, soit plus de quatre ans et demi, pour un patient classé urgent. Dans le cas de patients jugés «pressant», ce délai est allé jusqu’à 2 071 jours, alors que pour ceux dont la priorité était «demandée», l’attente maximale a été de 2 491 jours, toujours selon les données diffusées par le parti.

Stationnement

Le porte-parole de la CAQ en matière de santé, François Paradis, croit que le GAMF implanté par le gouvernement est devenu un «stationnement» pour les patients en recherche d’un médecin de famille.

«Le plan libéral et la réforme Barrette ne fonctionnent tout simplement pas. J’invite Gaétan Barrette à se mettre dans la peau des pères et des mères de famille qui doivent attendre environ 21 mois avant de trouver un médecin de famille. Nos familles sont complètement abandonnées. Le ministre doit reconnaitre les failles de sa propre réforme et corriger le tir immédiatement», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Au 31 décembre 2016, dans la région, 3 097 patients inscrits au GAMF étaient qualifiés d’«hors délais».

Barrette conteste

Le ministre Gaétan Barrette a vivement contesté les chiffres de la CAQ, sur les ondes de Radio-Canada. Selon lui, ces chiffres ne tiennent pas compte des récents progrès réalisés.

Le ministre affirme que l’objectif doit être atteint pour décembre et qu’il est impossible de l’avoir atteint à l’heure actuelle, puisque les gens se sont inscrits en masse au guichet d’accès et qu’il y a une limite au nombre de patients que les médecins peuvent voir en une journée.

Rappelons qu’en février, le ministre se félicitait du fait que 500 000 Québécois qui n’avaient pas de médecin de famille en avaient désormais un, attribuant ce succès à la Loi 20.

Il assurait alors que des efforts restaient à faire et que les omnipraticiens devraient accélérer la cadence s’ils désiraient éviter les sanctions. L’objectif à atteindre est que 85 % des Québécois aient un médecin de famille d’ici le 31 décembre 2017.

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec soulignait, quant à elle, les efforts et le travail accompli par ses membres pour améliorer l’accès aux soins de première ligne. Elle rappelait qu’en décembre seulement, 75 000 nouveaux patients avaient été pris en charge par les médecins de famille. Elle mentionnait toutefois que le GAMF, souvent non fonctionnel, constituait un frein à la prise en charge de nouveaux patients.

Plus de patients dans la Manicouagan

Des 4 148 patients de la Côte-Nord inscrits au guichet d’accès au 3 février, 2 697 proviennent de la Manicouagan et de la Haute-Côte-Nord. C’est au moins trois fois plus qu’à Sept-Îles et Port-Cartier (756 patients inscrits) et 10 fois plus qu’en Minganie (253 patients inscrits).

Interpelé par Le Manic au sujet de ces informations, le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord a refusé de commenter, référant le journal au ministère de la Santé et des Services sociaux. Ce dernier n’a pas retourné nos nombreux appels.