«Mutations/Rituels»: Christine Comeau redéfinit les frontières physiques

«Mutations/Rituels»: Christine Comeau redéfinit les frontières physiques

À travers l’art, Christine Comeau réussit à profiter pleinement de l’instant présent.

Crédit photo : Le Nord-Côtier

Présentée jusqu’au 5 août à la salle l’Aquilon de la Bibliothèque Louis-Ange-Santerre, «Mutations/Rituels» découle du fait que son artiste, Christine Comeau, s’est toujours sentie étrangère dans ce monde. Cet élément figure au cœur de cette exposition comportant des photos prises en Allemagne et à Carleton, au Québec.

Encore aujourd’hui, ce sentiment continue de teinter son travail artistique. «Je porte ça en moi depuis la tendre enfance. J’utilise le médium du textile pour créer des survêtements qui deviennent une seconde peau. Les couleurs sont toujours très vives, explique Christine Comeau. Ça vient créer un paradoxe. La notion d’identité est remise en question. J’en fais une performance artistique. Je considère qu’on accorde une trop grande importance au regard que les autres peuvent poser sur nous.»

Même si elle donne certaines consignes aux participants qui prennent part à ses performances, l’artiste leur accorde une très grande liberté. «Je ne fais que les guider. Cependant, le survêtement qu’ils doivent porter demande déjà en soi une adaptation. On ne se déplace pas nécessairement de la même façon, insiste-t-elle. Ça nécessite aussi de leur part un certain abandon. En toute humilité, je viens redéfinir la notion de frontières et la manière d’occuper le territoire.»

Le processus créatif s’avère pour elle un moyen efficace de profiter du moment présent. «Ça n’a rien d’une fuite. Tout le travail se fait dans le réel. C’est du concret. Quand je suis dans l’abstraction, c’est différent. Le fait de prendre ces idées et de les faire vivre, ainsi que tout le travail en atelier avec la matière, cela fait en sorte que je me sens dans l’instant présent. Même si j’ai déjà une bonne idée du travail à accomplir, je laisse toujours la porte ouverte aux imprévus», affirme-t-elle.

Située au 500, rue Jolliet à Sept-Îles, la salle l’Aquilon de la Bibliothèque Louis-Ange-Santerre est accessible gratuitement aux visiteurs du lundi au mercredi de 12h à 20h, les jeudis et vendredis de 9h à 18h, ainsi que les samedis et dimanches de 9h à 17h. Cette exposition figure à la programmation estivale de la Virée de la culture, dont la gestion est assurée par le collectif d’artistes autogérés PANACHE art actuel.