Motoneige : Sept-Îles n’est plus reliée au reste du Québec par un sentier

Motoneige : Sept-Îles n’est plus reliée au reste du Québec par un sentier

Crédit photo : pixabay.com

Aucun sentier de motoneige organisé ne relit présentement Sept-Îles au reste du Québec, en raison de la fragilité de la structure d’un pont sur la route Trans-Québec.

Le Club de motoneigistes Odanak de Port-Cartier a été contraint d’interdire le passage sur l’un des ponts de la route Trans-Québec, situé entre Sept-Îles et Port-Cartier. La fragilité de la structure a motivé la décision. La situation ralentit la saison touristique selon le Club, puisqu’il s’agit du seul sentier reliant la région au reste du Québec.

Une étude réalisée par une firme d’ingénierie a permis au Club Odanak d’identifier les ponts qui représentaient un risque d’affaissement. «On a commandé une étude il y a cinq ans pour connaître l’état de nos ponts. Au cours des dernières années, on a réparé les principaux ponts pour lesquels on a reçu de l’argent», indique le président du Club Odanak, Guy Fortin.

Cette année, à l’aube de la saison hivernale, les responsables du club de motoneigistes ont dû fermer l’accès à un pont passant par-dessus un ruisseau qui traverse la route Trans-Québec, à l’est de Port-Cartier.

Bâti par des bénévoles, il y a de cela une vingtaine d’années, le pont serait entièrement fait de bois rond et aurait une longueur d’une quarantaine de pieds. «Le pont a été construit par des bénévoles. Aujourd’hui, ça prend des plans et des devis, ce qui coûte plus d’argent», explique le président.
Bien que la structure puisse encore résister au passage des motoneiges, les responsables craignaient que le passage de la surfaceuse puisse le faire céder. «Puisque la surfaceuse ne pouvait plus passer, on n’a pas eu le choix de fermer le pont».

Pont de neige

D’ici quelques semaines, un pont de neige sera érigé afin de permettre le passage sur la rivière. «Comme c’est un petit ruisseau, on peut confirmer que ça va être sécuritaire. C’est quelque chose de fréquent [un pont de neige] dans les clubs», assure M. Fortin.

Pour Guy Fortin, «Sept-Îles n’est plus relié au reste du monde». En effet, le chemin Trans-Québec est le seul sentier de motoneige reliant Sept-Îles au reste du Québec. Une situation qui retarde la saison touristique, estime-t-il. «Ça empêche la circulation à l’est de Port-Cartier, mais surtout, ça retarde la saison touristique».

Subvention attendue

Faute d’argent pour rénover le pont, le club dit n’avoir eu d’autres choix que de le fermer. «Ça fait cinq ans qu’on le surveille. On a demandé plusieurs subventions, mais on n’a jamais eu de réponses favorables», fait valoir Guy Fortin.

Les demandes de subventions faites à la Société du Plan Nord, au Programme pour véhicule hors route du ministère des Transports du Québec et au Programme de restauration des traverses de cours d’eau n’auraient tous pas été retenues.

Selon une firme d’ingénieur engagé par le club, le coût des rénovations du pont s’élèverait à 250 000$.

Récemment, le Club Odanak a soumis une demande de subvention au ministère du Tourisme, pour laquelle il attend toujours une réponse. Guy Fortin espère également que la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec les appuiera dans ses démarches.