Mont-Wright : le BAPE approuve le projet d’ArcelorMittal

Mont-Wright : le BAPE approuve le projet d’ArcelorMittal

La mine du mont-Wright près de Fermont.

Crédit photo : ArcelorMittal Exploitation minière

Le BAPE approuve, avec conditions, le projet d’ArcelorMittal de construire un nouveau parc à résidus et d’agrandir celui déjà existant pour sa mine du mont Wright.

Le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a été rendu public mercredi par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC).

ArcelorMittal estime que la non-réalisation ou le report du projet engendrerait la fermeture de la mine en 2021 à cause du manque de capacité de rétention d’eau. 1 000 emplois au mont Wright et 1 000 emplois sur la voie ferrée et au complexe industriel de Port-Cartier seraient en jeu.

« Cette situation toucherait durement les villes de Fermont et de Port-Cartier, puisqu’ArcelorMittal y est le principal employeur », note le BAPE.

Le promoteur souhaite débuter la construction à l’été 2018.

La mine du mont Wright est située environ 15 km à l’ouest de Fermont. ArcelorMittal y extrait du fer qu’elle exporte par train à Port-Cartier, où il est transbordé sur des bateaux à diverses destinations mondiales.

Acceptation conditionnelle du BAPE

Le BAPE recommande que la minière tente de réduire l’empreinte écologique de son projet en examinant une solution de rechange à son projet. Cette alternative exigerait la constitution de haldes plus élevées et plus exposées au vent dans le parc à résidus existant, mais elle éviterait la construction du nouveau parc à résidus.

C’est seulement « [s]i cette solution ne peut être mise en place en raison des contraintes techniques et du risque économique » que la solution « actuellement retenue par le promoteur apparaît acceptable », conclut le BAPE.

Le rapport suggère une liste de conditions pour l’approbation du projet :

  • Performance des mesures d’atténuation et de compensation pour les pertes de milieux humides ;
  • Aucun effluent minier supplémentaire dans le réseau hydrique de la rivière Moisie ;
  • Amélioration ou maintien de la qualité de l’eau dans la rivière aux Pékans, tributaire de la Moisie, tous deux incluses dans la réserve aquatique projetée de la rivière Moisie ;
  • Approbation des mesures d’atténuation et de compensation des pertes d’habitat du poisson par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs et par Pêches et Océans Canada ;
  • Modification du projet ou adoption de mesures pour augmenter la stabilité géotechnique du futur parc à résidus Nord-Ouest ;
  • Végétalisation de la surface du futur parc à résidus Nord-Ouest après la fin des opérations.

Le directeur général d’Organisme de bassins versants Duplessis, Ghaessen Ibrahim, est satisfait des avis et recommandations du BAPE. Il estime que les avis et recommandations du rapport recoupent les demandes et les commentaires faits par son organisme lors des audiences publiques. Ces recommandations portent entre autres sur des moyens pour améliorer l’échantillonnage des cours d’eau.

« Ce sont de très bons commentaires [du BAPE] », lance-t-il.

La décision finale concernant l’émission ou non d’un certificat d’autorisation, de même que les conditions qui s’y rattachent, relève du MDDELCC et de sa ministre Isabelle Melançon.