«La mécanique du cœur»: L’ensemble folklorique Tam ti delam mise sur l’émotion

«La mécanique du cœur»: L’ensemble folklorique Tam ti delam mise sur l’émotion

Ce spectacle de fin d'année de l'Ensemble folklorique Tam ti delam dispose d'une mise en scène éclatée et dynamique.

Crédit photo : Julien Choquette

Avec pour titre «La mécanique du cœur», le spectacle de fin d’année de l’Ensemble folklorique Tam ti delam se veut librement inspiré d’un livre de Mathias Malzieu. Il amène les spectateurs à effectuer un agréable voyage autour du globe à travers la danse.  Un moment qui s’annonce riche en émotion.

Dans ce spectacle de fin d’année, on suit l’histoire d’un jeune garçon qui naît le jour le plus froid du monde avec un cœur glacé. On lui fait l’installation d’un cœur mécanique. Cependant, pour vivre, il doit respecter trois règles soient ne pas jouer avec des aiguilles, ne pas se mettre en colère et surtout ne pas tomber en amour.

Un thème suggéré par l’une de ses chorégraphes, Marie-Pier Johnson qui permet d’aborder la notion de l’intimidation. «Le personnage principal va être cloisonné. Il est surprotégé par sa mère. Il va se sentir différent et sera jugé par les autres, explique la directrice artistique de Tam ti delam, Johanne Poirier. Sa vie sera mise en danger lorsqu’il tombera en amour avec une danseuse espagnole. Son horloge du cœur se mettra alors à battre plus rapidement.»

Encore une fois, les spectateurs seront appelés à se familiariser avec des danses folkloriques en provenance de différents pays et continents autour du globe. Pour ce faire, la danse espagnole, irlandaise, africaine, roumaine, québécoise et russe sera à l’honneur. Les musiciens du Tam ti band viendront aussi assurer l’animation musicale de ce spectacle de fin d’année. Un élément qui permet à la troupe de se différencier et qui ajoute un plus à ses prestations.

Pour les danseurs impliqués, son élaboration représente de nombreuses heures de travail pour l’apprentissage des chorégraphies. «C’est très exigeant. Les chorégraphies qui ont l’air simples sont parfois les plus complexes. Elles ont chacune leurs particularités. Les danseurs ont fait d’immenses progrès tout au long de l’année. Je suis très satisfaite du travail accompli. Je suis convaincue que les spectateurs ne seront pas déçus», avance Mme Poirier.

Le spectacle «La mécanique du cœur» fait l’objet de deux représentations, les 20 et 21 mai à 20h à la salle Jean-Marc-Dion. Les billets sont en vente au coût de 25$ pour les adultes de 15$ pour les étudiants auprès des danseurs et à la billetterie.