Maxime Campagna-Lejeune impressionne avec l’Inuk

Maxime Campagna-Lejeune impressionne avec l’Inuk

Dernière année universitaire, première saison d’athlétisme, mais le Septilien Maxime Campagna-Lejeune de l’Inuk de l’UQAC retient l’attention.

Crédit photo : Mathieu Bélanger

Qui de mieux pour parler d’un athlète que son entraîneur! Anne-Marie Fortin, celle qui dirige l’équipe d’athlétisme de l’Inuk de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), est bien placer pour faire l’éloge de Maxime Campagna-Lejeune. Le Septilien, qui débute dans ce sport, n’a d’ailleurs pas mis de temps à s’illustrer.

Campagna-Lejeune a brillé lors de la rencontre universitaire du 3 décembre dernier au PEPS de l’Université Laval. Il a décroché l’or au saut en hauteur (1,98 m). Pour ses autres épreuves, il a terminé quatrième au saut à la perche (2,70 m), cinquième au saut en longueur (5,67 m), sixième au lancer du poids (9,50 m) et 14e au 60 m course (à cinq centièmes d’une place en finale, malgré un mauvais départ).

Ce qui est impressionnant dans sa première place au saut en hauteur, c’est qu’il n’avait expérimenté cette discipline que trois fois en entraînements spécifiques. Et dire aussi qu’avant cette saison, l’athlétisme n’était pas le sport de l’étudiant-athlète qui termine cette année son baccalauréat en kinésiologie.

«Il n’avait jamais fait d’athlétisme avant, mais je savais qu’il avait de l’impulsion et on lui a fait passer des tests. À la compétition, il a fait une très belle performance dans les circonstances, mais il ne faut pas s’emballer. Il a le potentiel et les capacités, mais il faut mettre toutes les chances du bon bord et continuer son développement», a souligné Mme Fortin.

Et de mettre toutes les chances de son bord, c’est surtout faire référence à l’aspect psychologique. «Maxime impressionne par sa concentration. Il a une belle puissance physique; la sensation aérospatiale, il sait où il est dans les airs, mais il a les éléments des athlètes de haut niveau par rapport au psychologique et à la gestion du stress, et il n’y a rien qui peut expliquer ça», a renchéri l’entraîneure de l’Inuk.

Objectifs

Les objectifs pour la suite de la saison ne sont pas quantifiables. C’est la progression qui est de mise. «On serait fier s’il fait 1,98 m et qu’il a continué de progresser techniquement et psychologiquement. L’important, c’est aussi qu’il vive son expérience universitaire et qu’il ait du plaisir en entraînements et en compétitions», a indiqué Anne-Marie Fortin.

À venir

La suite des choses pour la saison en cour de Maxime Campagna-Lejeune, c’est une compétition universitaire à Sherbrooke à la mi-janvier, le «Team Challenge» à l’Université McGill les 27 et 28 janvier, une compétition à New York à la mi-février et le Championnat provincial à Québec à la fin février.

Et il y a aussi les Championnats canadiens d’été à Ottawa dans sa mire. Et qui sait pour le futur! « On va voir jusqu’où il veut et peut aller», a conclu la coach.