Mario Tessier: Les multiples facettes d’un artiste accompli

Mario Tessier: Les multiples facettes d’un artiste accompli

Fidèle à lui-même, Mario Tessier exploite ses multiples talents dans son premier one man show qu’il s’apprête à présenter sur la Côte-Nord

Crédit photo : Courtoisie

Lorsqu’il a travaillé à la création de son premier one man show «Seul comme un grand», Mario Tessier nourrissait le désir de se présenter le plus fidèlement aux gens. C’est ce qui l’a amené à raconter son histoire dans un spectacle de variétés au cours duquel toutes les facettes de son talent sont mises à contribution.

Depuis «On connaît la chanson», Mario Tessier n’a cessé de multiplier les apparitions au petit écran autant à titre d’animateur que comédien. C’est cette visibilité qui lui a permis d’envisager sérieusement la présentation d’un premier one man show. Un saut dans le vide qu’il ne regrette aucunement. «C’est une tout autre approche. J’utilise surtout mes talents de raconteur. Je ne m’ennuie pas seul sur scène. Je me sens vraiment privilégié d’avoir un public pour deux heures et de l’amener là où je veux», déclare-t-il.

La genèse de ce spectacle a pris forme, il y a quelques années, à la suite d’un spectacle de l’humoriste américain Billy Crystal «700 Sundays» auquel il a assisté. Un moment qu’il garde bel et bien en mémoire. «Je ne savais pas qu’un humoriste pouvait en faire autant. J’ai ri et j’ai aussi été très touché. Il racontait sa propre histoire soit les dimanches qu’il a passés avec son père. Ça m’a beaucoup inspiré, car j’ai perdu mon père assez jeune, confie-t-il. Ça m’a donc interpellé directement. Je voulais absolument que l’on puisse retrouver cette âme dans mon spectacle. Ça lui apporte un côté imprévisible.»

À l’image de sa personnalité, l’humoriste trouvait opportun d’incorporer une bonne dose de variétés dans ce spectacle. «Je suis polyvalent. J’aime faire un paquet d’affaires. C’est essentiellement un show d’humour avec des variantes, tient-il à préciser. C’est un show dans lequel on rit aux larmes. À d’autres moments, on est complètement dans l’émotion. Ça demande une plus grande adaptation. Je voulais m’assurer d’avoir de quoi à défendre sur scène et je suis très satisfait du résultat. Tout ce qui s’y trouve sert l’histoire. Le reste a été retranché.»

Une collaboration fructueuse

Pour sa mise en scène, il a recouru au service de Serge Postigo qu’il n’hésite pas à considérer comme le gars le plus talentueux avec lequel il a travaillé au cours de sa vie. «Son parcours est incroyable. Je lui ai fait entièrement confiance. Je voulais qu’il m’amène ailleurs. J’ai pris note de tous ses conseils. Il m’a fait sortir de ma zone de confort. C’est ce qui donne un spectacle plus qu’intéressant. Il a quelque chose d’unique. Il a investi un nombre d’heures colossal à mes côtés. Ç’a été un travail rigoureux», ajoute-t-il.

Cette rupture de ton étant considérée par plusieurs critiques comme l’une des forces de son spectacle. «C’était notre première préoccupation. Dès le départ, on voulait s’assurer d’en arriver là. On a travaillé dans ce sens. Je me rends compte que je préfère ça au simple fait de raconter des blagues. On a souvent la phobie du silence. Il faut faire confiance aux gens pour installer le rire. Ça sert bien ce moment. Il est bien d’arrêter. C’est représentatif d’une soirée avec des amis qui nous amène à vivre diverses émotions. Tout est bien dosé», renchérit-il.

Ce spectacle sera présenté le 20 mars à 20h à la salle Jean-Marc-Dion et le 21 mars à 20h au Centre des arts de Baie-Comeau. Il est à noter que des billets sont toujours disponibles pour l’une ou l’autre des représentations.