Marc Hervieux: Le refus des conventions

Marc Hervieux: Le refus des conventions

Marc Hervieux entame demain un tournée intimiste sur la Côte-Nord.

Crédit photo : Julien Faugère

Marc Hervieux s’amène sur la Côte-Nord, en formule duo avec un pianiste,  pour interpréter des chansons, dont certaines originales, provenant d’un répertoire riche et diversifié. Un univers pop qui le représente bien dans lequel il n’hésite pas à embrasser des styles variés.

Reconnu à ses débuts comme un chanteur du milieu de l’opéra, Marc Hervieux n’a pas tardé à s’imposer comme une figure marquante de la pop au Québec. «Le succès s’est instantanément fait sentir. Avant de me lancer dans la pop, j’ai hésité. C’est une décision que je ne regrette aucunement. Je suis surtout reconnaissant que les gens soient aussi nombreux à se déplacer pour me voir en spectacle. Ils me disent qu’ils apprécient cette diversité, enchaîne-t-il.

Dans cette formule de spectacles plus intimistes, l’artiste s’offre une très grande liberté quant au répertoire musical qu’il interprète sur scène. «Chaque endroit, je fais une liste de chansons. Le pianiste et moi, on se connaît très bien. On est toujours ouvert à l’idée d’interpréter de nouvelles chansons, indique-t-il. Je m’accorde la permission de chanter ce que j’ai envie de chanter. La seule contrainte étant que je me dois à la base d’apprécier la chanson.»

Contrairement à plusieurs de ses pairs, il n’accorde aucune importance à la structure du spectacle. «Je le fais un peu de la même manière que les gens consomment la musique. Mes interventions servent de lien entre les chansons. J’explique les raisons qui font en sorte que j’ai envie de la chanter. Tout ça se tient facilement ensemble. Dans 100% des cas, ce sont de grandes chansons qui ont su traverser le temps», précise-t-il.

Un fidèle complice

Une approche scénique qu’il partage en commun avec Gregory Charles. «On provient tous les deux du milieu classique. C’est ce qui nous a amenés à vouloir collaborer. On est tous les deux d’excellents improvisateurs. On connaît un nombre impressionnant de chansons. Nos forces sont très complémentaires, explique-t-il. Nous avons une belle chimie autant sur scène qu’à la télévision. Partout où l’on est ensemble, on transporte cette amitié avec nous.»

Reconduite pour une prochaine saison, l’émission «Virtuose» sur ICI Radio-Canada Télé en est un parfait exemple. «C’est un concept de Gregory. Notre but était de faire briller ces jeunes. Nous ne sommes que des accessoires. On voulait démontrer que des jeunes n’ont pas peur d’investir des efforts dans l’apprentissage d’un instrument, insiste-t-il. On est très heureux du résultat et du fait que les gens aient adopté cette émission. Dans la rue, on m’en parle tous les jours, même après mes spectacles.»

Il se dit heureux du fait que la musique classique soit à l’honneur à une heure de grande écoute. «La musique classique se porte bien. Les gens qui prétendent le contraire ne connaissent pas ce milieu. On est dans une période fabuleuse. Des chanteurs d’opéra québécois font leur marque à l’international. Il en va de même pour nos chefs d’orchestre et des musiciens solistes. Ce n’est plus uniquement relié à l’élite. Ça se démocratise», affirme-t-il.

Accompagné d’un pianiste, Marc Hervieux se produira le 19 mai à la Shed-à-Morue de Havre-Saint-Pierre, le 20 mai au Café-bistro l’Échouerie de Natashquan et le 21 mai au Café-théâtre Graffiti.