Taille plus: Joëlle Vaillancourt pose pour la collection de Véronique Cloutier

Taille plus: Joëlle Vaillancourt pose pour la collection de Véronique Cloutier

Joëlle Vailancourt a posé jeudi pour une collection de vêtements taille plus de Véronique Cloutier.

Crédit photo : Pierre Manning

Près de trois ans après s’être démarquée au concours nord-américain de mannequinat des boutiques Addition Elle, la Septilienne d’origine, Joëlle Vaillancourt, fait son chemin dans le monde de la mode. Si bien qu’elle sera l’image de l’édition estivale de la collection Courbes de Véronique Cloutier qui sera dévoilée en mars.

«C’est une collection qu’elle avait déjà. En novembre dernier, elle a lancé quelques morceaux en taille plus. Un concours a été organisé pour trouver un mannequin. Je me suis inscrite, mais finalement c’est trois autres filles qui ont été prises. J’ai décidé de m’y prendre autrement», a lancé Joëlle Vaillancourt.

La Septilienne d’origine a contacté Véronique Cloutier pour l’interviewer au sujet de sa nouvelle collection sur son blogue qui traite de diversité corporelle. «Je l’ai appelé et elle a accepté tout de suite», s’est réjouie Joëlle Vaillancourt. Déterminée, elle a également pris contact avec l’Aubainerie, où les vêtements créés par Véronique Cloutier sont offerts en exclusivité, pour faire un «shooting maison» avec quelques pièces de la collection Courbes. «Véro a vraiment aimé les photos», a-t-elle mentionné.

L’astuce du mannequin aura porté fruit, puisque l’équipe de la vedette télé l’a contacté le 8 février pour qu’elle pose pour l’édition estivale de la collection Courbes qui sera dévoilée le 3 mars. «C’était un peu dernière minute. Ils m’ont dit que Véro a eu un flash, qu’elle a pensé à moi pour poser pour sa nouvelle collection», a raconté Joëlle Vaillancourt.

«C’était fou! L’équipe ressemble beaucoup à Véro. Elle est très authentique. Je me suis sentie comme une reine!» – Joëlle Vaillancourt

Celle qui habite Québec s’est donc rendue jeudi «dans le plus gros studio» de Montréal pour le shooting de la nouvelle collection. Joëlle a été impressionnée par sa journée de travail avec une équipe d’une dizaine de personnes qui entourait Véronique Cloutier, dont sa maquilleuse et un photographe reconnu, Pierre Manning. «C’était fou! L’équipe ressemble beaucoup à Véro. Elle est très authentique. Je me suis sentie comme une reine!», a-t-elle affirmé.

Une carrière insoupçonnée
Depuis sa participation au concours Addition Elle à l’automne 2013, la carrière de mannequin de Joëlle Vaillancourt a pris un envol insoupçonné. «Je me suis vraiment inscrite sans grandes attentes», se remémore-t-elle. L’appui massif des Septiliens au vote en ligne avait fait en sorte qu’elle soit la seule Québécoise à se rendre en finale, terminant en septième position sur 4500 femmes. «J’ai vraiment été touchée par l’appui des Septiliens. Depuis ce temps, ça fait juste graduer, graduer, graduer», affirme-t-elle.

«Il y a une carrière où je dois faire attention à mon image et l’autre où je la montre.» – Joëlle Vaillancourt.

Celle qui a un baccalauréat en Études internationales et langues modernes mène depuis «deux vies complètement différentes». Elle se rendra prochainement à Boston pour suivre un stage comme attachée junior aux communications à la Délégation du Québec. «Il y a une carrière où je dois faire attention à mon image et l’autre où je la montre», s’exclame Joëlle Vaillancourt.

Encore du chemin à faire
Les campagnes de mode taille forte sont de plus en plus populaires ces dernières années. Cependant, Joëlle Vaillancourt remarque que le milieu conservateur de la mode ne prend pas la mode taille plus «encore assez au sérieux». «La taille plus, dans la mode, est un événement. On va beaucoup plus parler du fait que c’est de la taille plus que des vêtements en tant que tels», explique-t-elle.

La mannequin souhaite un jour que la taille plus soit intégrée tout naturellement dans les collections mode. Elle remarque aussi que la taille plus est plus valorisée que d’autres tailles, rappelant qu’il y a «une grande diversité de tailles» entre les deux.