Une maison d’hébergement pour aînés pourrait voir le jour à Gros-Mécatina

Une maison d’hébergement pour aînés pourrait voir le jour à Gros-Mécatina

Crédit photo : Pixabay.com

Une résidence d’hébergement pour personnes âgées pourrait bientôt voir le jour à Gros-Mécatina. Le projet doit cependant obtenir une dernière subvention gouvernementale avant d’être officialisé.

Selon le maire Randy Jones, cela fait maintenant plus de 26 ans que la municipalité réclame un centre d’hébergement pour personnes âgées. «C’était un de mes premiers mandats», rappelle le maire.

Une vingtaine d’années plus tard,  Gros-Mécatina serait finalement sur le point d’obtenir ce service.

Selon le maire de la municipalité, à l’automne 2017, le ministre Gaétan Barette avait annoncé une contribution de 250 000$ pour le projet. Cependant, des modifications des normes de la part de la Société d’habitation du Québec ont amené des coûts supplémentaires. «Ces changements de normes ont eu lieu après l’incendie de L’Isle-Verte. Les règles ont changé et il a fallu s’adapter en conséquence», affirme Randy Jones.

La municipalité régionale de comté du Golfe-du-Saint-Laurent et la fondation de la Maison Mécatina sont aussi partenaires du projet. «Les montants des contributions vont être annoncés quand le projet va être officiel», assure M. Jones.

Confirmation à venir

Le projet d’habitation de Gros-Mécatina a déjà obtenu l’appui du volet 2  du  programme Accès-Logis de la part de la Société d’habitation du Québec, qui est administré par la ministre de la Protection du consommateur et de l’Habitation, Lise Thériault. «Le projet a été retenu au programme, mais il  manquait 300 000$ pour que l’on puisse confirmer notre participation», a indiqué Clémence Beaulieu-Gendron, l’attachée de presse de la ministre. Elle a ajouté que l’annonce pourrait se faire au printemps 2018.

Le volet 2 du programme Accès-Logis prévoit une aide financière pouvant aller jusqu’à 50% d’un projet de logements permanents avec services pour des personnes âgées en légère perte d’autonomie.

Pour obtenir les 300 000$ manquants,  la municipalité s’est inscrite au programme du Fonds d’aide au rayonnement régional(FARR), un programme du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ainsi que du ministère de la Sécurité publique.

«Le comité de sélection formé des élus régionaux est chargé de sélectionner les projets en fonction des priorités de la région. Les annonces des premiers projets retenus dans le cadre du FARR se feront au cours des prochaines semaines», a indiqué le relationniste de presse du MAMOT, Pierre-Luc Lévesque.

Selon Randy Jones, l’édifice comptera huit lits et génèrera quelques emplois. Même si le projet n’est pas encore complètement officiel, le maire se dit très confiant d’en arriver à boucler le financement.