La mairesse de Saint-Augustin élue par tirage au sort

La mairesse de Saint-Augustin élue par tirage au sort

Gladys Driscoll Martin et Shirlynn Driscoll.

Crédit photo : courtoisie

À égalité après le scrutin, Gladys Driscoll Martin et Shirlynn Driscoll , deux  candidates à la mairie de Saint-Augustin en Basse-Côte-Nord ont dû procéder à un tirage au sort afin de connaitre l’identité de la prochaine mairesse de la municipalité de 791 âmes.

C’est finalement le nom de la mairesse sortante, Gladys Driscoll Martin, qui a été pigée par la directrice d’élection, Corain Driscoll.

La candidate perdante, Shirlynn Driscoll qui en était à sa première élection, s’est dite surprise par la situation. «C’est déjà très rare que cela arrive et en plus, c’est la  première fois que je me lance en politique.»
Le tirage s’est déroulé en direct sur les ondes de la station de radio communautaire locale CJAS 93,5 FM à 15h30, mardi après-midi.

Ex aequo

Après la journée de scrutin du 5 novembre, deux candidates à la mairie de la municipalité de Saint-Augustin se sont retrouvées à égalité. Gladys Driscoll Martin et Shirlynn Driscoll ont chacune reçu 147 votes. Leo Lionel, le troisième candidat dans la course, a pour sa part reçu 11 votes.

Selon l’article 254 de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités, «en cas d’égalité au premier rang, le président d’élection demande un nouveau dépouillement des votes». La présidente d’élection de la municipalité a donc déposé une demande de recomptage auprès du palais de justice de la Cour du Québec à Sept-Îles.

Le recomptage a eu lieu lundi à Saint-Augustin, sous la supervision de la juge Nathalie Aubry. Suite à l’exercice, les candidates sont demeurées nez à nez. Ainsi, selon l’article 256 de la Loi que «dans le cas où ces résultats révèlent une égalité au premier rang, un tirage au sort détermine quel candidat doit être proclamé élu».
La loi ne précise pas de quelle manière ce tirage au sort doit être effectué. Il en revient donc au président d’élection de le déterminer. À Saint-Augustin, les candidates ont chacun mis leur nom dans une boite et un simple tirage a été fait.

D’autres égalités

Des situations similaires à celle de Saint-Augustin se sont produites ailleurs au Québec cette année.
À Sainte-Luce, les candidats au poste de conseiller #1  Nathalie Pelletier et Gaston Rioux étaient toujours à égalité après le deuxième recomptage officiel. La loi étant la même pour les maires et les conseillers, un tirage au sort fut nécessaire. C’est M. Rioux qui en est finalement ressorti gagnant.

Là-bas, le processus de pige choisi fut de mettre seize papiers sans nom et deux papiers portant le nom de chaque candidat. Cinq piges ont été nécessaires pour élire le conseiller.
À Escuminac en Gaspésie, le recomptage officiel des votes a démontré qu’un vote pour le candidat André Landry s’était retrouvé dans la boite de son adversaire Jean-Marc Vallée. Le tirage au sort n’a donc pas été nécessaire et la victoire a été attribuée à M. Landry.