Le maire veut ramener la SAAQ à Port-Cartier

Le maire veut ramener la SAAQ à Port-Cartier

Crédit photo : Courtoisie

Le maire de Port-Cartier Alain Thibault veut rapatrier le service de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) dans sa municipalité.

«Cette semaine, j’ai entrepris des démarches dans le but de rapatrier la SAAQ à Port-Cartier. Soyez assurés que tout va être mis en œuvre afin de conserver ce service. Je vous ferai un suivi. Merci», a écrit M. Thibault sur sa page Facebook

Jusqu’en octobre 2017, le comptoir de la Société à Port-Cartier se trouvait à l’intérieur de la tabagie Variété 8 à 11 de l’édifice le Royer.

Les propriétaires de la tabagie ont cependant décidé de cesser les opérations du commerce et, par la bande, celles de la SAAQ. «La SAAQ, c’est comme se ramasser dehors ou sans toit», indique le maire.

Les Portcartois doivent maintenant se rendre à Sept-Îles pour obtenir les services de la SAAQ. «Cela représente deux heures de route et il faut ajouter le temps de service. Au total, il faut quasiment se prendre une journée pour aller à la SAAQ», affirme Alain Thibault

Il rappelle qu’un point de service situé à Port-Cartier bénéficierait également aux citoyens de Gallix jusqu’à Baie-Trinité. «Partir de Baie-Trinité et aller à Sept-Îles pour remiser une voiture ça n’a juste pas de bon sens.»

Le comptoir de la SAAQ de Port-Cartier comptait un seul employé. Cette dernière a pu garder son emploi en travaillant au point de service de Sept-Îles. «Oui, elle a gardé son emploi, mais maintenant elle doit prendre la route chaque matin et chaque soir pour son travail», explique le nouveau maire.

Démarches

M. Thibault affirme avoir fait des démarches avec le centre local d’emploi (CLE) de Sept-Îles et Port-Cartier afin de rapatrier le Service. «Je travaille avec eux et je peux dire que le dossier progresse», confirme-t-il.

Du côté du CLE de Sept-Îles, on ne donne pas de confirmation ou de date concernant le possible retour du service à Port-Cartier, mais on indique tout de même que le dossier est évalué et chemine.

Alain Thibault croit que les bureaux où abrite le CLE de Port-Cartier seraient l’idéal. «Ils sont grands et ce sont déjà des édifices gouvernementaux. Pourquoi ne pas jumeler ça?», se questionne-t-il.