Luc De Larochellière: une réelle ouverture sur le monde et ses préoccupations

Luc De Larochellière: une réelle ouverture sur le monde et ses préoccupations

Luc De Larochellière demeure toujours aussi passionné par le métier d’auteur-compositeur-interprète qu’il exerce depuis plus de 35 ans. Une chose est certaine, il s’y investit pleinement.

Crédit photo : Panneton-Valcourt

De passage sur la Côte-Nord pour s’y produire en spectacle, Luc De Larochellière fait carrière dans le milieu musical québécois depuis plus de 35 ans. Toujours aussi actif, il monte à nouveau sur scène pour interpréter les chansons de son plus récent album «Un autre monde» et une douzaine de ses grands succès, dont «Amère América», «Cash City» et «Si fragile».

L’artiste demeure toujours aussi passionné par le métier qu’il exerce. «J’ai toujours autant de plaisir à faire de la musique. C’est un art que j’ai peaufiné.  J’aime sentir que je me suis amélioré. J’ai ce plaisir du travail bien fait. Je suis moins compétitif qu’à mes débuts, insiste-t-il. Mon rôle de père accapare beaucoup de mon temps. C’est très prenant, mais très enrichissant. Je profite pleinement de chaque instant en compagnie de mon garçon, Thomas.»

Reconnu pour ses talents de parolier, il se soucie d’écrire des chansons qui ont du contenu. «J’ai toujours eu envie de dire de quoi dans mes chansons, même quand je parlais d’amour. Certaine de mes chansons sont toujours aussi d’actualité, constate-t-il.  J’examine le monde dans lequel je vis et je m’inquiète de la direction qu’il prend.»

Une conscience sociale développée

Le titre de son plus récent album «Un autre monde» est en soi porteur d’espoir d’un monde meilleur auquel il aspire vraiment. «Il est présent en nous, dans nos rêves, dans nos aspirations. J’ai aussi retrouvé là un certain sentiment d’urgence que j’avais en début de carrière. Avant de faire de la musique, j’étudiais dans les arts visuels. Ce qui m’intéressait, c’était l’illustration. J’ai fini par le faire à travers la musique», remarque-t-il.

À travers les textes de ses chansons, l’auteur-compositeur cherche à susciter une réelle réflexion chez les gens. «Ça part toujours de ce que j’observe. Tout ça émane de moi, enchaîne-t-il. J’essaie d’élargir mes horizons. J’ai la conviction qu’on est tous lié ensemble beaucoup plus qu’on le croit. Tout ce qu’on sème à l’extérieur nous revient.»

De riches contrastes

Un spectacle que Luc De Larochellière qualifie à la fois de groovy et d’orchestral. C’est-à-dire à l’image du contenu musical de son plus récent album. «J’ai conservé le côté orchestral de mes deux derniers albums. La batterie est présente sur toutes les chansons. Ça m’a permis de ramener plus aisément certaines chansons de mon répertoire», avance-t-il.

En début de tournée, il constate que les gens ont beaucoup de plaisir à entrer dans son univers créatif. «Tout se tient assez bien. C’est un spectacle qui se passe en histoire. J’aime faire des liens entre les chansons. Je parle de mon parcours. Je crois avoir réussi à en faire un tout assez cohérant. Tout passe à travers le filtre de ma sensibilité, de mon expérience et de ma manière de faire les choses. Ça m’a toujours bien servi. J’entends poursuivre dans cette voie.

Deux représentations du spectacle «Un autre monde» seront présentées sur la Côte-Nord soient le 20 octobre à la Salle Jean-Marc-Dion et le 21 octobre au Centre des arts de Baie-Comeau. Pour l’occasion, il sera accompagné de trois musiciens. Un rendez-vous musical qu’il promet riche en anecdotes et confidences de tous genres.