Loi sur les relations du travail : Bernard Gauthier acquitté

Loi sur les relations du travail : Bernard Gauthier acquitté

Bernard Gauthier

Crédit photo : Archives - Le Nord-Côtier

Bernard Gauthier comparaissait vendredi dernier concernant trois présumées infractions remontant à 2013, en lien avec la Loi sur les relations de travail dans la construction. Le représentant syndical a finalement été acquitté au palais de justice de Sept-Îles. On lui reprochait d’avoir outrepassé le Service de référencement de la main d’œuvre de la Commission de la construction du Québec (CCQ), afin de faire embaucher trois travailleurs nord-côtiers.

Depuis le 9 septembre 2013, les associations syndicales ne peuvent faire de la référence de candidature que via une plate-forme internet de la CCQ. Le processus vise à abolir le placement syndical. On reprochait ainsi à Bernard Gauthier d’avoir contourné ce système. «Ça ne marche pas ce système-là. En ce moment, la CCQ fait même des concours pour inciter les travailleurs à s’inscrire à leurs fameux carnets de référencement, ils ont de la misère. Ils font ça avec notre argent, mais les travailleurs, eux, s’inscrivent pas parce qu’ils voient que ça ne fonctionne pas», déclare-t-il.

Gauthier revient sur le procès en question. «Sur invitation du délégué de la FIPOE, j’avais seulement indiqué au chef de chantier que nous avions plusieurs bons travailleurs sur la Côte-Nord. J’ai dit que pour éviter des grèves, il serait peut-être bon que les sous-traitants engagent quelques travailleurs locaux», explique-t-il.

De son côté, la partie patronale aurait avoué avoir passé par-dessus le Service de référence de main-d’œuvre de la CCQ et aurait affirmé avoir embauché les employés nord-côtiers pour ne pas semer la bisbille.

«Ce n’est pas ce qu’il disait au début, le chef de chantier. Dans la deuxième partie de l’audience, il a fait son mea culpa. C’est parce qu’il a appris que s’il avait fraudé avec moi, par exemple, il y a seulement moi qui aurais pu être poursuivi. La partie patronale est toujours protégée là-dedans», estime Bernard Gauthier.

Un jugement éclairé

Gauthier indique avoir expliqué le fonctionnement du milieu de la construction et des syndicats au juge pendant l’audience.

«Je voulais qu’il puisse rendre un jugement éclairé, et comme de fait, il a donné un bon jugement, il a décortiqué tous les faits et expliqué le tout, je n’ai pas vu ça souvent.»

Dans son jugement, le juge François Paré indique que l’ensemble du témoignage de M. Gauthier est apparu crédible, qu’il a donné des explications vraisemblables et qu’il a témoigné sans se contredire, sans hésitation.

Bernard Gauthier entrevoit la suite des choses. «La CCQ aimerait bien m’avoir, mais là, il ne reste plus beaucoup de causes. Il reste seulement l’histoire des manifestations sur des routes de la région en 2015.»