Livraison du courrier à Anticosti et en Basse-Côte-Nord: Marilène Gill réclame des ajustements

Livraison du courrier à Anticosti et en Basse-Côte-Nord: Marilène Gill réclame des ajustements

Marilène Gill

Crédit photo : Archives - Le Manic

La députée de Manicouagan, Marilène Gill, a critiqué par voie de communiqué la qualité du service donné par Postes Canada aux citoyens d’Anticosti et des différentes communautés de la Basse-Côte-Nord. Elle dénonce notamment les frais supplémentaires et les délais de livraison qui touchent les régions éloignées.

«À ce jour, malgré le fait que Kegaska soit relié au réseau routier québécois par la Route 138, les services postaux sont toujours acheminés par voie aérienne, ce qui occasionne des frais de transport supplémentaires inacceptables», a écrit la députée en ajoutant qu’il «arrive périodiquement que l’achalandage occasionne des délais de livraison des colis, faute d’espace disponible dans les avions».

Selon Mme Gill, un rapport du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) avance que l’argument de la viabilité financière de Postes Canada ne serait pas suffisant pour justifier les lacunes dans les services offerts et les prix exorbitants réclamés aux citoyens des régions éloignées.

Éloignés et enclavés

À ce jour, l’unique moyen disponible pour les «Coasters» et les Anticostois  d’acheminer et de recevoir de la marchandise est via le service de Postes Canada. Pour la députée de Manicouagan, le service postal canadien peine à répondre aux besoins des résidents des régions éloignées comparativement au reste du pays.

«Malheureusement, contrairement à Hydro-Québec, l’équité des services aux citoyens ne semble pas être inscrite dans les priorités de Postes Canada», lance la Bloquiste. Celle-ci assure qu’elle continuera de lutter afin d’obtenir un service «équitable».

«Je travaille afin que les régions éloignées comme la Basse-Côte-Nord et Anticosti bénéficient équitablement des services de Postes Canada comme c’est le cas pour leurs concitoyens des régions urbaines.», conclut-elle.