Laurence Méthot est la candidate du PLQ dans Duplessis

Laurence Méthot est la candidate du PLQ dans Duplessis

Laurence Méthot a été investie le 25 mars en tant que candidate officielle du PLQ dans Duplessis.

Crédit photo : Marie-Chantale Domingue

Laurence Méthot tente pour une deuxième fois d’aller chercher le siège de députée de Duplessis. Après 42 ans de règne du Parti québécois dans la région, elle soutient que cela sera ardu, mais possible.

Le 25 mars se tenait l’investiture de Mme Méthot en tant que candidate pour le Parti libéral du Québec (PLQ) dans Duplessis. C’est un retour pour la candidate, qui s’était présentée pour être députée du comté en 2014. Elle soutient que c’est entre autres le «léger écart» qui était survenu entre elle et la candidate du Parti québécois Lorraine Richard qui la motive à se présenter de nouveau.

«J’ai eu un gros pourcentage de vote en 2014, les gens m’ont fait confiance et je trouve que le PLQ est actif dans le comté. C’est ce qui fait que je reviens en région», explique Mme Méthot.

L’ex-mairesse de Port-Cartier était à Québec dans les dernières années, travaillant de près avec le ministre Pierre Arcand en tant que son attachée politique. «J’ai appris plein de choses en étant avec des ministres. J’ai vu la structure fonctionnelle, comment la machine gouvernementale fonctionne…Ce que je ne pouvais pas nécessairement voir quand j’étais dans le monde municipal. Maintenant, j’ai un allié qui me fait confiance, le premier ministre», soutient-elle.

Sur le terrain

Laurence Méthot croit pouvoir en faire davantage pour la région en tant que députée et invite les gens à faire un choix.

«Je demande aux gens ce qu’ils attendent de leur député. Parce que souvent, ils sont habitués de voter soit pour un poteau bleu, soit un poteau rouge. C’est plus que ça», mentionne la candidate.

Elle reconnait toutefois que le travail sur le terrain sera intense. «On ne se fera pas de cachette, ça fait 42 ans que le Parti québécois est dans Duplessis, donc je comprends que je vais devoir aller chercher les électeurs un à un. C’est parfait, c’est ma force le travail sur le terrain.»