L’Atelier de la 8e île a «besoin d’amour»

L’Atelier de la 8e île a «besoin d’amour»

Situé sur l’ancienne base de villégiature à Moisie, l’Atelier de la 8e île se voudra un lieu plus accueillant et convenable à la suite de travaux de rénovation auxquels la population est invitée à contribuer.

Crédit photo : Courtoisie

Sept-Îles – Propriété de l’artiste multidisciplinaire, Johanne Roussy, l’Atelier de la 8e île nécessite la réalisation de travaux de rénovation qui seront effectués à compter du 1er juin.  C’est pour l’aider à aller de l’avant avec ce projet qu’elle sollicite, en ce moment, l’appui de la population par le biais d’une campagne de sociofinancement sur «gofundme».     

Présentement aux études à Montréal, Johanne Roussy indique qu’elle n’a pas les moyens d’assumer seule le coût de ces travaux de rénovation à l’Atelier de la 8e île qu’elle estime à 6 000$ et qu’elle entend réaliser avec l’aide de bénévoles. «J’ai envie de recevoir les gens dans de meilleures installations. Ces travaux n’ont rien d’un luxe. Ça me permettra d’accueillir convenablement les gens et d’autres artistes que j’inviterai à titre de directrice artistique, qui viendront y faire des séjours de création», explique-t-elle.

Accessible principalement en période estivale, ce lieu de création est appelé à jouer un rôle important en matière de médiation culturelle. «C’est un atelier dans lequel je souhaite que les artistes puissent interagir avec la population lors de diverses activités. J’accorde une très grande importance à ces échanges qui en découlent, enchaîne-t-elle. Je ne me limite pas à l’art visuel. Je veux bâtir des ponts. Pour moi, l’atelier de la 8e île est la réalisation d’un rêve qui a une portée sociale. C’est le projet d’une vie.»

La transmission des techniques de travail étant un élément auquel elle accorde une grande importance autant à titre personnel qu’artiste. «Comme je l’ai toujours fait, j’entends mettre à nouveau en contact les artistes avec des gens qui ont des compétences manuelles qui leur seront utiles pour la réalisation de leur projet de création, peu importe la forme qu’il prend. Ça vient créer un contexte qui est aussi enrichissant pour l’un que pour l’autre», lance-t-elle.

L’artiste multidisciplinaire n’a pas encore complété sa programmation estivale de l’Atelier de la 8e île. Sans pour autant dévoiler leur nom, elle confirme que trois artistes ont réservé des espace-temps en juin et en juillet. Elle entend reprendre les 5 à 7 du vendredi à cet endroit. Il est à noter qu’elle dispose d’une page Facebook personnelle sur laquelle les gens peuvent être informés des diverses activités qui s’y tiendront.