«Langue de Vipère: Le procès d’une commère» Une comédie légère et irrévérencieuse

«Langue de Vipère: Le procès d’une commère» Une comédie légère et irrévérencieuse

On aperçoit ici les deux metteures en scène et les quatre comédiens de Langue de Vipère : Le procès d’une commère.

Crédit photo : Magella Pierre Poirier

«Langue de Vipère : Le procès d’une commère» de Pierre-Yves Lemieux constitue la prochaine production estivale du Théâtre La Patente. Elle fera l’objet de dix représentations à compter du 18 juillet, au Petit théâtre du Centre socio-récréatif. Quatre comédiens feront vivre sur scène huit personnages tout aussi éclatés et colorés les uns que les autres.

À la mise en scène de cette production théâtrale, Marie-Claude Dubé indique que cette pièce a été choisie en raison de son histoire surprenante. «Tout se déroule au niveau des dialogues et monologues, ce qui laisse toute la place aux comédiens. Notre défi à Sarah-Émilie Hébert-Marcoux (son assistante) et moi est d’orienter leur travail pour donner une couleur unique aux personnages. On doit placer des mimiques, la gestuelle corporelle et s’assurer que le tout ait l’air naturel», explique-t-elle.

Des révélations-chocs

Le scénario repose autour d’Esther, que les gens surnomment affectueusement Langue de Vipère. Un surnom qu’elle porte à la suite de la publication d’un livre, dont elle est l’auteure. Dans cet ouvrage, elle s’inspire de plusieurs personnes du village où elle réside. Elle ne dit pas que des choses flatteuses à leur sujet. Ceci fait en sorte que de nombreuses plaintes ont été logées à son endroit et qu’une médiatrice se déplace dans la salle communautaire pour tenter d’éclaircir la situation…Un moment propice aux rebondissements.

Dans le rôle principal, Marianne Creysson éprouve un réel plaisir à se glisser dans la peau d’une commère. «Jouer un tel personnage est tout un défi, car ça me met dans une position que j’essaie toujours d’éviter dans la vie courante. Ça ne fait pas partie de mes valeurs, enchaîne-t-elle. Je me suis informée auprès de vraies commères que je ne citerai pas. Je me suis aperçue que je prends beaucoup de plaisir à jouer cette femme sûre d’elle qui a véritablement de bonnes intentions, en plus d’être drôle.»

Les autres comédiens de la distribution sont Mariane Deschênes, Pascale Joseph et l’auteur de ces lignes Éric Martin. Les représentations auront lieu jusqu’au 17 août, tous les mardis et jeudis. Les billets sont en vente au coût de 20$ pour les adultes et de 15$ pour les étudiants. Il est recommandé d’effectuer au préalable une réservation par téléphone au 418 961-5115. Les gens sont invités à apporter leur propre consommation sur place.