La SPUM sous enquête

La SPUM sous enquête

Crédit photo : Archives

Le corps de police de Uashat mak Mani-Utenam est sous la loupe du Commissaire à la déontologie policière à la suite d’allégations émanant d’un reportage sur la police autochtone.

Emy-Jane Déry,  collaboration spéciale

Le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux a demandé une enquête le 7 février après avoir été mis au fait du contenu d’un reportage de l’émission Enquête de Radio-Canada, a-t-il révélé, jeudi, à l’Assemblée nationale.

Il a qualifié de «très graves» des allégations concernant spécifiquement la Sécurité publique de Uashat mak Mani-Utenam.

La trousse médico-légale d’une victime n’aurait notamment pas été remise au Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal par les autorités, comme le prévoit la procédure.

«Ça remet en question les relations entre le corps de police et la communauté», a dit le ministre Coiteux.

Manque de financement

La situation a fait l’objet d’un vif débat durant la période de questions à l’Assemblée nationale, jeudi. Le critique de l’opposition en matière  autochtone Alexandre Cloutier a pointé du doigt le manque de financement des corps policiers autochtones par le gouvernement. La formation d’un policier autochtone coûterait trois fois plus cher que celle d’un non autochtone, soit environ 27 000 $, a avancé le député péquiste.

Le ministre de la Sécurité publique a rappelé que le gouvernement avait mis en place une Commission d’enquête sur les relations entre les services publics et les autochtones qui incluait les corps policiers autochtones.

Le reportage d’Enquête qui sera diffusé ce soir relaterait plusieurs cas d’agressions sexuelles et un manque de ressources pour venir en aide aux victimes