Le journaliste Sylvain Turcotte reçoit les honneurs

Le journaliste Sylvain Turcotte reçoit les honneurs

Le directeur du Centre éducatif L’Abri, Philippe Maloney, la directrice de l’information du Nord-Côtier, Fanny Lévesque, la directrice générale du RSEQ de la Côte-Nord, Cindy Hounsell, l’athlète de Port-Cartier, Émilie Bacon et Marc Servant, entraîneur au CEL’A, entourent Sylvain Turcotte.

Crédit photo : RSEQ

Sylvain Turcotte, journaliste sportif du Nord-Côtier, a passé les dix dernières années à mettre en vitrine les performances des athlètes locaux via la section des sports. Le 19 mai, lors de l’annuel Gala du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) Côte-Nord, ce fut à son tour de se retrouver sous les feux de la rampe alors qu’il a reçu un prix hommage pour son travail.

«C’est flatteur, mais c’est gênant quand même parce que je ne fais pas ce métier-là pour ça. Mon but c’est de mettre en avant-scène les étudiants et le sport et là, ça se retourne vers moi», avoue humblement le journaliste.

Le prix lui a été remis en clôture du Gala annuel du RSEQ Côte-Nord qui récompense les performances des athlètes de Tadoussac jusqu’à la Basse-Côte-Nord, en passant par Fermont. C’est la directrice du RSEQ, Cindy Hounsell, qui est montée sur l’estrade afin d’officialiser sa nomination. L’honneur coïncide avec les dix ans de carrières de Turcotte à titre de journaliste sportif.

Se sont ensuite succédé sur la scène pour lui rendre hommage, la directrice de l’information du Nord-Côtier, Fanny Lévesque, l’athlète de Port-Cartier, Émilie Bacon, et le directeur du Centre Éducatif L’Abri, Philippe Maloney.

Tous s’entendaient pour dire que son travail permettait de rehausser l’estime des athlètes puisque ces derniers ressentent une certaine fierté lorsqu’ils voient leur nom apparaître dans le journal. Son intérêt marqué envers les athlètes de tout sport et tout niveau de même que sa capacité à se souvenir des noms des centaines de sportifs qu’il a suivis au cours de sa carrière ont également été soulignés.

«C’est une petite tape dans le dos, c’est une marque de reconnaissance qui me démontre que mon travail est apprécié. L’ovation que le public m’a faite à la fin, ça fait chaud au cœur», se souvient Sylvain Turcotte.

Élevé dans le sport
Puisqu’il gagne sa vie à faire connaitre les talents sportifs de la région qui s’illustrent sur la scène locale, régionale, provinciale, nationale et même internationale, il est venu le temps d’en apprendre plus sur l’homme derrière la plume sportive.

Sylvain Turcotte, natif de Sept-Îles, a toujours été «un gars de sport». Depuis son jeune âge, il est un mordu des sports, particulièrement de hockey et de baseball. Si les communications ont toujours été un domaine qu’il regardait du coin de l’œil, c’est vers des études en administration que Sylvain se tourne. Un diplôme d’études collégiales en poche et quelques années plus tard, il entreprend un retour aux études afin de renouer avec son premier amour : les communications.

C’est lors de son passage dans ce programme que Sylvain développe sa passion pour le journalisme écrit, notamment en tant que journaliste pour le journal étudiant de l’Université Laval «Impact Campus». Journal pour lequel il deviendra même directeur des sports. «C’est vraiment là que je me suis senti à ma place», relate-t-il.

Ce seront finalement les Jeux du Québec qui ramèneront le Septilien dans sa ville natale alors qu’il est engagé à titre de membre de l’équipe des communications des Jeux d’été de 2007 à Sept-Îles qui les recevait pour la deuxième fois.

«Je suis vraiment un gars d’évènement que ce soit en tant que bénévole pour le Tournoi pee-wee de Québec ou même en tant qu’adjoint aux communications avec l’équipe Midget AAA de Sainte-Foy», explique celui qui ne compte plus les fins de semaine passées dans des évènements sportifs.

Le reste de l’histoire est bien connue de tous alors que Sylvain Turcotte devient, il y de cela une décennie, le journaliste sportif du Nord-Côtier. Aujourd’hui, il est reconnu pour sa rigueur exemplaire, sa passion, sa disponibilité ainsi que son intérêt envers l’ensemble des athlètes locaux tout au long de leur parcours sportif ce qui contribue, par la bande, à en faire des ambassadeurs pour la jeunesse.