Joëlle Vaillancourt poursuit ses efforts de sensibilisation sur la diversité corporelle

Joëlle Vaillancourt poursuit ses efforts de sensibilisation sur la diversité corporelle

Joëlle Vaillancourt n’hésite pas à saisir chacune des opportunités qui sont mises à sa disposition pour inviter les gens à s’apprécier tels qu’ils sont.

Crédit photo : Josée Painchaud

Depuis plusieurs années, Joëlle Vaillancourt travaille à faire la promotion de la diversité corporelle. Ceci l’amène à appuyer de nouveau la campagne Bougez Santé de MonGymEnligne.com, qui tient sa deuxième édition jusqu’au 15 janvier. Il s’agit d’une invitation pour les gens à adopter un mode de vie plus actif et à le faire pour les bonnes raisons.

Lors de cette campagne de sensibilisation, une série de capsules originales ont été mises en ligne pour s’attaquer aux mythes de l’entraînement et à leurs conséquences possibles sur l’estime de soi. L’objectif recherché est d’inviter la population à bouger pour la santé, plutôt que pour l’apparence physique. «On ne doit pas faire de l’exercice uniquement pour perdre du poids», a rappelé la mannequin taille forte et conférencière, Joëlle Vaillancourt.

Une philosophie de vie à laquelle elle dit adhérer pleinement et qui découle d’un long cheminement personnel. «Encore aujourd’hui, c’est un combat de tous les jours. On est confronté à des milliers de messages tous les jours qui nous font croire que notre corps n’est pas parfait, soutient-elle. J’ai cherché à m’en émanciper. Ce que je promeus est beaucoup plus grand que moi. J’en ai fait, en quelque sorte, une mission de vie».

La porte-parole de la campagne Bougez Santé réitère qu’il faut faire de l’exercice physique avant tout parce que l’on s’aime et non parce que l’on se déteste. «Il faut aborder l’activité physique de manière beaucoup plus positive. Le faire selon nos limites physiques, nos goûts, nos motivations. Des critères qui amènent une vision plus positive du sport. Si on le fait pour de mauvaises raisons, c’est souvent là qu’on abandonne rapidement», lance-t-elle.

Une lente évolution

La mannequin septilienne constate que le milieu de la mode est très réticent au changement. «Ça se fait très lentement. On me parle souvent d’Ashley Graham (une icône de la mode taille forte). Autour de moi, je ne connais personne qui lui ressemble. Elle correspond à un certain standard de beauté», dit-elle. «Un tas de femmes ne sont pas représentées. C’est fort malheureux. Le poids ne doit pas être un critère absolu. Il y a des femmes minces qui ne font pas de sport.»

Même si on en parle peu, les hommes éprouvent aussi une très grande pression pour répondre à certains critères de beauté. «Leur combat n’est pas différent de celui des femmes. Cependant, les femmes se sont mobilisées davantage pour dénoncer la situation. C’est un réflexe moins courant chez les hommes, indique-t-elle. Encore aujourd’hui, plusieurs d’entre eux ont de la difficulté à se montrer vulnérables et à exprimer leurs émotions.»

Un enjeu toujours actuel

Au cours des prochains mois, Joëlle Vaillancourt continuera d’offrir des conférences autour de la diversité corporelle. En septembre 2017, elle avait fait 13 interventions en cinq jours dans le Grand Nord québécois. Elle a alors eu la chance d’interagir avec des femmes et des enfants. «J’ai constaté que la réalité des jeunes d’aujourd’hui diffère de la mienne. Aujourd’hui, les modèles de beauté leur sont souvent imposés par les médias sociaux. Ça vient démontrer que le combat que je mène est toujours légitime», dit-elle.

Convaincue que la santé est beaucoup plus qu’un chiffre sur la balance, MonGymEnLigne.com s’est engagé à verser un montant de 2$ par abonnement durant sa campagne Bougez Santé à l’organisme ÉquiLibre, qui a pour mission de prévenir et diminuer les problèmes liés au poids et à l’image corporelle. Sur cette plateforme web, on retrouve plus de 200 vidéos d’entraînement en ligne accessibles en tout temps.