Le Jardin communautaire « Pousse Pousse » s’enracine à Sept-Îles

Le Jardin communautaire « Pousse Pousse » s’enracine à Sept-Îles

Un nouveau jardin communautaire entreprend d'ici peu ses activités à Sept-Îles. Un lieu accessible à tous.

Crédit photo : Courtoisie

Après une longue gestation, le Jardin communautaire Pousse Pousse devient réalité. Au cours du Salon du printemps des Galeries Montagnaises, les 22 et 23 avril, la population pourra effectuer l’achat de «jardiniers». Un espace qui sera mis à la disposition des gens pour jardiner. Une manière aussi d’assurer la pérennité de ce projet.

Initiatrice de ce projet, Marie-Chantale Gauvreau a rapidement fait part de son idée à la conseillère municipale Charlotte Audet, qui l’a accompagnée à toutes les étapes de sa réalisation. «Elle était enthousiaste dès le départ. C’est elle qui a mis en place un comité de démarrage en 2014 formé de plusieurs organismes qui nous appuient toujours. Cette démarche nous a permis de réaliser que l’intérêt était là», indique celle qui assure la présidence de son conseil d’administration.

Avant même l’ouverture officielle du Jardin communautaire Pousse Pousse, dont l’emplacement est situé entre l’école Jacques-Cartier et les locaux de la Commission scolaire du Littoral. «Le terrain que l’on occupe appartient à la Commission scolaire du Fer. Nous sommes très heureux qu’elle nous permette de l’utiliser gratuitement. C’est un geste qui représente beaucoup pour nous. Ça nous permet vraiment d’aller de l’avant avec ce projet.»

Un quartier à petite échelle

Un lieu que la présidente de son conseil d’administration espère chaleureux et propice aux échanges. «On veut stimuler l’interaction sociale. On espère réussir à briser la solitude vécue par certaines personnes, enchaîne-t-elle.  On a prévu un espace où les gens pourront se réunir pour discuter. On se trouve à proximité de plusieurs blocs appartements. C’est en soi un bel avantage pour nous parce que ces personnes ne disposent pas d’un endroit propice pour jardiner», ajoute-t-elle.

Après la fonte de la neige, son équipe de bénévoles sera en mesure d’en assurer son aménagement. «On a déjà tout l’équipement en main. Pour que la terre soit prête à la culture, On va s’assurer qu’elle soit propre. C’est-à-dire, riche en engrais. Jusqu’à maintenant, on a investi plus de 60 000$ dans ce projet. 66 lots (jardinets) sont mis à la disposition des gens au coût de 30$. La carte de membre est de 5$. On trouve ça raisonnable comme déboursé et ça nous permet de voir à l’entretien du site année après année.»

Pour obtenir de plus amples informations sur le Jardin communautaire Pousse Pousse, les gens sont invités à consulter sa page Facebook ou à venir à la rencontre de son équipe lors du Salon du printemps des Galeries Montagnaises. Il est à noter qu’une dizaine de lots sont aussi mis à la disposition des écoles et des organismes communautaires.