Un jardin communautaire à Port-Menier

Un jardin communautaire à Port-Menier

Crédit photo : Courtoisie

Depuis son entrée à la maison de la communauté de Port-Menier, Isabelle Plante assure la mise-en-œuvre de plusieurs projets visant à améliorer la qualité de vie des insulaires. Parmi ses réalisations, l’agente de milieu a instauré le premier jardin communautaire de l’île grâce à une subvention gouvernementale, à la contribution des citoyens et à une passion pour l’agriculture.

En collaboration avec le CISSS de la Côte-Nord, Isabelle Plante a pu obtenir une subvention gouvernementale dans le cadre du programme Nutrition Nord Canada  qui vise à faciliter l’accès des résidents du Nord vivant dans collectivités isolées à des aliments périssables nutritifs.

«Six municipalités, dont Port-Menier, ont pu bénéficier de cette subvention. J’ai pu aller chercher plusieurs milliers de dollars que l’on n’aurait pas obtenus si je n’avais pas démontré un intérêt envers l’initiative», souligne Isabelle Plante qui dispose maintenant de quatre ans pour monter un jardin communautaire viable.

10 000 pieds carrés

En mai dernier, Isabelle Plante et des concitoyens ont donc prêté l’épaule à la roue afin de transformer un espace de 10 000 pieds carrés en une terre cultivable. «La première chose à faire ça a été de clôturer le terrain puisque les cerfs mangent tout ce qu’ils trouvent sur leur chemin».

Les opérations d’aménagement ont été retardées par les abondantes chutes de pluie qu’a connues l’île au début du projet.«Le bon côté c’est qu’on a pu fignoler le côté organisation de la chose», avoue la responsable.

Ce n’est que vers la fin juin que les opérations de pose de clôture, de labourage du terrain et de creusage des tranchées ont été complétées.

Légumes Racines

La saison estivale bien avancée, Isabelle Plante décide de préconiser la plante de légumes racines qui prenne moins de temps avant d’atteindre leur maturité et leur plein goût. «On a principalement planté de la salade, du radis, des ognons, des navets, des carottes, des patates et de la betterave», explique-t-elle.

Pour l’instant, dix personnes possèdent un bout de terre à l’intérieur du jardin ce qui représente un quart de la superficie totale.

L’an prochain, les installations ne seront plus à refaire ce qui permettra aux usagers du jardin communautaire de commencer à planter leurs légumes dès le mois de mai et à cultiver une plus grande variété de légumes.

Développement

Isabelle Plante profitera des trois autres années de subvention pour développer différents projets à même le jardin communautaire.

Le premier de ceux-ci consiste à aménager des bacs de jardinage surélever plus facile à atteindre pour la clientèle âgée. Dans le futur, une zone d’arbres fruitiers pourrait également voir le jour. Une façon pour l’agente de diversifier la production, mais également d’apporter un paysage différent sur l’île. «Étant donné qu’il n’y a pas beaucoup de feuillues sur l’île, les gens ne voient pas le printemps. On a donc demandé d’avoir quelques choses de florales pour que les enfants puissent voir les bourgeons et les fleurs à l’arrivée du printemps», pense Plante.