«Innu Nikamu, chanter la résistance»: En première mondiale à Montréal

«Innu Nikamu, chanter la résistance»: En première mondiale à Montréal

L’affiche d’«Innu Nikamu, chanter la résistance» qui sera présentée en première mondiale au Festival du nouveau cinéma à Montréal, le 5 octobre.

Crédit photo : Facebook

Réalisé par Kevin Bacon-Hervieux, le film-documentaire «Innu Nikamu, chanter la résistance» sera présenté pour une première fois sur grand écran le 5 octobre au Festival du nouveau cinéma de Montréal. Un moment que le cinéaste appréhende avec beaucoup de fébrilité.

Le montage de ce film-documentaire a été complété il y a deux semaines. Jusqu’à la dernière minute, son réalisateur Kevin Bacon-Hervieux a travaillé à en peaufiner certains détails avant de le soumettre à l’équipe du Festival du nouveau cinéma qui s’est rapidement manifestée en faisant part de son intérêt à l’ajouter à sa programmation. Il fera l’objet de deux représentations au Cinéma du Parc , le 5 octobre en version française et le 10 octobre en version anglaise, auxquelles il participera en compagnie de certains de ces protagonistes.

Contrairement à sa version courte qui aura pour titre «Innu Nikamu la grande tradition», qui sera télédiffusée au début 2018, le cinéaste considère que sa version longue amène davantage les gens à réfléchir. «C’est plus posé. C’est fait pour avoir de l’information. On s’intéresse davantage à l’impact du festival dans sa communauté (Mani-Utenam).  On a opté pour un titre différent afin que les gens puissent plus facilement les différencier», indique-t-il.

Visiblement satisfait du travail accompli, son réalisateur a très hâte de savoir comment ce long-métrage sera accueilli par les cinéphiles. «Ça me rend fébrile. C’est ma première expérience comme réalisateur. J’espère que les gens vont l’apprécier, surtout les Innus. Ce n’est pas toujours évident. On traite ici de sujets délicats. Le montage de ce film s’est avéré comme un casse-tête complexe. Ça représente plusieurs mois de travail. Je suis très fier du résultat obtenu», avance-t-il.

Pour l’instant, d’autres projections de ce film-documentaire ne sont pas encore confirmées. Selon les informations transmises par le cinéaste, il y a fort à parier que ce sera surtout à l’hiver 2018 et que certaines représentations seront sur la Côte-Nord.