Ghyslain Duguay fait ses marques à titre d’illustrateur

Ghyslain Duguay fait ses marques à titre d’illustrateur

La couverture de la bande dessinée «Mc Guffin & Alan Smithee – Mission expo 67», publiée chez Perro Éditeurs.

Crédit photo : courtoisie

Sans pour autant être un gagne-pain, l’illustration constitue un passe-temps que Ghyslain Duguay prend visiblement très au sérieux. En compagnie de l’auteur Michel Viau, il est l’un des artisans de la bande dessinée «Mac Guffin & Alan Smithee – Mission expo 67», qui vient d’être publiée chez Perro Éditeurs. 

Cet intérêt du Septilien Ghyslain Duguay pour l’illustration remonte à sa plus tendre enfance. «Je n’ai pas été aussi assidu que je ne l’aurais voulu. C’est un passe-temps que je fais avant tout pour le plaisir», insiste-t-il. «Très jeune, j’ai dû cesser de faire du sport en raison d’une blessure. Je me suis mis au dessin, tout comme mon frère Christian (un artiste-peintre). Ça s’est fait tout naturellement.»

Amateur de bande dessinée, il souligne s’en être procuré plusieurs jusqu’à maintenant. «Ce genre m’a toujours fasciné. J’en ai feuilleté des centaines et je continue à m’en procurer, encore aujourd’hui. Tout ça m’a donné envie de mettre en image une histoire», a confié celui qui a eu la chance de voir certaines de ses illustrations publiées dans le magazine humoristique québécois Safarir en 1993-1994.

À ce moment-là, la distance et les responsabilités familiales ont fait en sorte que cette collaboration a naturellement pris fin. Les enfants de l’illustrateur ayant quitté le domicile, il s’est décidé à se remettre plus sérieusement à l’illustration, avec plus de temps à y consacrer.

Une collaboration appréciée

Grâce à Internet, Ghyslain Duguay s’est lié d’amitié avec Michel Viau, avec qui il avait travaillé sur un ancien projet de bande dessinée pour les éditions 400 coups. Au départ, les deux personnages (Mac Guffin et Alan Smithee) étaient une caricature de Lino Ventura et Brigitte Bardot. Ces agents secrets ont aujourd’hui leur propre personnalité. «On ne sait pas vraiment pour quelle organisation ils travaillent. Ils ne relèvent pas d’un gouvernement quelconque. Il y a une part de fiction. C’est un récit avec beaucoup d’action et d’humour», explique-t-il.

Très rapidement lors du processus de création, l’Expo 67 s’est rapidement imposée comme un moment idéal pour en situer l’action. «Je suis très fier du résultat obtenu. La reproduction qu’on en a faite de cet événement historique est plus que fidèle. Ça m’a pris près d’un an pour en concevoir toutes les illustrations. Il y a là tout un souci du détail. Michel Viau et moi, nous sommes attachés à ces personnages», enchaîne-t-il.

Une deuxième aventure en préparation

Cette collaboration est loin de prendre fin, puisqu’une deuxième bande dessinée est déjà en cours avec les mêmes personnages. En ce moment, plus de 40 pages sont complétées. Même s’il s’agit en soi d’une histoire fermée, l’action s’y déroulera quelques jours plus tard et un retour plus en profondeur sera effectuée sur un événement de Mission expo 67.

Les personnes désirant s’en procurer un exemplaire peuvent en faire la demande dans toutes les librairies indépendantes du Québec. Il est possible de suivre les aventures de ces deux personnages fictifs sur une page Facebook qui leur est consacré.