Festival Sept-Îles en mots: Accrocher son public avec les mots

Festival Sept-Îles en mots: Accrocher son public avec les mots

Bilbo Cyr a fait un retour cette année, en tant que conteur-slammeur, au festival Sept-Îles en mots.

Crédit photo : Le Nord-Côtier

De plus en plus de gens se laissent surprendre par le concept unique que propose le festival Sept-Îles en mots qui avait lieu du 8 au 10 septembre. Tout le weekend, des contes et des performances musicales d’artistes internationales ont animé le site du Vieux-Poste permettant ainsi aux participants de découvrir la diversité de cette forme d’art vieille comme le monde, mais pourtant méconnue. Retour sur l’évènement.

Au lendemain de la deuxième édition du festival Sept-Îles en mots, la présidente, Johanne Grégoire, constate que l’évènement a attiré autant de gens, mais cette fois de manière plus dispersée. «L’an passé, il y avait eu peu de monde le vendredi soir et plein le samedi. Cette année, il n’y avait pas de salle comble, mais il y avait du monde tout le temps.»

Autre point positif, une représentation plus nombreuse de la communauté autochtone. «Ils se sont présentés à chaque journée […] Il y a eu un beau mamu, comme ils disent», relate Johanne Grégoire

Accrocher son public

La programmation misait sur la présence d’artistes provenant de différentes régions du monde et ayant des styles différents. Puisque l’évènement était totalement gratuit, les participants pouvaient quitter et revenir sur le site comme bon leur semblait. Quand même, Johanne Grégoire affirme que ceux qui ont osé venir découvrir l’évènement ont été rapidement accrochés.

«Plusieurs personnes sont venues et ils n’en reviennent pas que ce ne soit pas plus connu. Ceux qui sont venus le vendredi ont tellement été surpris qu’ils sont revenus les autres jours», se réjouit la présidente.
Parmi les nombreuses performances offertes durant la fin de semaine, Grégoire dit avoir été particulièrement marquée par celle de l’Africain Abdulaye Sané.«Ç’a vraiment été un coup de cœur pour moi, mais aussi pour la plupart des spectateurs», avoue-t-elle.

D’autres moments forts sont survenus durant le weekend, notamment l’enregistrement de l’émission «Les mots dits conteurs», l’atelier d’herboristerie ainsi que le segment micro-ouvert du vendredi soir. «Certains se sont dégênés et ont compté pour la première fois de leur vie. C’est peut-être d’éventuels nouveaux conteurs», songe celle qui lancera bientôt son propre recueil de contes.

3e édition

Le comité confirme déjà le retour de l’événement l’an prochain. Puisqu’il fêtait son deuxième anniversaire de création, le festival aura droit à certaines subventions qui pourraient lui permettre de bonifier son offre de divertissement. «Il y a certainement des subventions qui nous attendent et qui vont nous permettre de travailler et d’offrir une belle édition l’an prochain», confirme Johanne Grégoire.

Sans confirmer de date, le comité prévoit un retour du festival en septembre 2018.