Festival Innu Nikamu: Une 32e édition grandiose

Festival Innu Nikamu: Une 32e édition grandiose

Plus de 8 000 personnes ont assisté au spectacle de Simple Plan, dimanche.

Crédit photo : Le Nord-Côtier

Environ 20 000 personnes ont pris part aux différentes activités figurant à la programmation de la 32e édition du Festival Innu Nikamu. De ce nombre, plus de 8 000 personnes ont assisté à son spectacle de clôture, le 7 août, mettant en vedette Simple Plan. Une foule record dans l’histoire de ce grand rassemblement musical autochtone.

Bien au-delà de l’assistance, le comité organisateur trace un bilan plus que positif de sa 32e édition. «On a connu un très beau départ pour notre soirée d’ouverture et ça s’est poursuivi. La météo a joué en notre faveur. On a eu de très bons échos du spectacle de Koriass. On a réussi à rejoindre une nouvelle clientèle et à les intéresser au festival. On ne peut qu’en sortir gagnant», a déclaré son coordonnateur, Kim Fontaine. De nombreuses familles étaient présentes sur le site de l’événement, le 6 août, pour participer à la journée familiale. «Le site s’est animé plus que jamais. On a toujours voulu être un événement familial, enchaîne-t-il. On le démontre à nouveau cette année. De voir les enfants avec un sourire, c’est un peu comme la cerise sur le sundae. C’est notre salaire. On peut difficilement en demander plus. Ça nous indique que ce travail acharné a porté fruit.»

Les retombées de ce grand rassemblement musical se faisant sentir à l’extérieur et à l’intérieur de la communauté de Uashat mak Mani-Utenam. «On a servi plus de 700 repas traditionnels, le 7 août sur l’heure du dîner. Ça ne se fait pas ailleurs. De plus, quand les gens viennent à Mani-Utenam, ils me disent qu’ils ressentent immédiatement la générosité des gens. Ce n’est pas évident à reproduire en ville», lance M. Fontaine.

Un nouveau tournant  

La participation de Simple Plan à l’événement a réussi à susciter un très grand engouement à l’endroit de ce festival. «On a pris le risque d’opter pour de grandes pointures. Au fil des ans, on a gagné à nouveau la confiance de nos partenaires. Notre professionnalisme a joué en notre faveur. Les entreprises croient en la culture et elles sont nombreuses à soutenir les autochtones. On ne peut que s’en réjouir. Le spectacle de Simple Plan est un cadeau que l’on fait aux gens.»

Une édition qui vient réaffirmer le virage pris par son comité organisateur au cours des cinq dernières années. «Le festival aurait pu survivre, mais il n’aurait pas eu le même ampleur. On n’aurait pas pu y présenter un spectacle à grand déploiement comme on vient de le faire. Notre mission première demeure la même. On veut apporter du soutien aux artistes autochtones, leur offrir une visibilité et une tribune de qualité où performer», lance-t-il.