Enseignement: Des stagiaires français à Sept-Îles

Enseignement: Des stagiaires français à Sept-Îles

On aperçoit ici cinq des six stagiaires français qui ont eu l’opportunité de séjourner à Sept-Îles pendant trois semaines.

Crédit photo : Le Nord-Côtier

De concert avec l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), six stagiaires de la France viennent de compléter un stage d’étude de trois semaines en enseignement à Sept-Îles, le 24 mars. En plus d’être tombé sous le charme du paysage nord-côtier, elles ont été à même de constater des différences significatives dans l’approche pédagogique.

Tous originaires de la région de la Nouvelle-Aquitaine en France, les étudiantes ont bénéficié d’un programme de bourse social et sanitaire comme plusieurs autres élèves. «On nous a proposé plusieurs pays. On a postulé pour le Québec. Notre candidature a été retenue, a indiqué Davy Louise. Il fait plus froid ici, mais on s’est rapidement adapté. On a visité votre coin de pays et c’est très beau. La vue de la mer avec les plages enneigées était magnifique. On en a profité pour prendre plusieurs clichés.»

De manière unanime, elles ont apprécié cette manière d’enseigner qu’elles qualifient de plus personnalisée. «Le rythme des journées est différent. L’enseignement est beaucoup centré sur l’enfant. On met l’emphase sur la confiance en soi et sur le vivre ensemble. En France, c’est surtout l’apprentissage qui est mis de l’avant. L’attention est portée sur la matière à transmettre», souligne l’une des trois stagiaires rencontrées, Chloé Bonnet.

Une approche pédagogique qui s’accompagne d’outils différents pour la transmission des connaissances aux jeunes. «Ces outils sont plus nombreux. Toutes les écoles ont un tableau interactif. Ce n’est pas encore le cas en France, mais ça tend à changer. Ici, on sort du contenu du matériel, ajoute Mme Bonnet. C’est selon moi une valeur ajoutée. On accorde une plus grande marge de manœuvre aux enseignants. C’est plus stimulant.»

Plus spécialisés

Un constat également partagé par Marie Eyheramouno qui a eu la chance de séjourner dans une famille d’accueil. «Les enseignants sont plus spécialisés ici qu’en France. Je considère que les élèves sont plus encadrés. Ils ont accès plus facilement à des spécialistes. Que ce soit des éducateurs spécialisés ou des psychologues. J’ai adoré la rencontre avec l’étudiante qui m’a accueillie. J’en ai fait une amie», affirme-t-elle.

La venue de ces stagiaires français à Sept-Îles résulte d’un protocole d’entente intervenue entre le département des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Chicoutimi et l’Université de Poitiers. Chaque année, l’UQAC accueille près d’une trentaine d’élèves provenant de la Belgique, la Suisse et la France. Cette collaboration permettant à ses propres élèves de faire des stages en sol européen.