Défi SOS Santé, Moi pour toi : Le grand jour approche!

Défi SOS Santé, Moi pour toi : Le grand jour approche!

Les femmes des deux équipes (les Filantes du Nord de Sept-Îles et Nitinniun de Uashat mak Mani-Utenam/Ekuanitshit) de la région du Défi SOS Santé, Moi pour toi, en compagnie de leur entraîneur Roger Vachon.

Crédit photo : Yannick Marquis

Les femmes des équipes les Filantes du Nord (Sept-Îles) et Nitinniun (Uashat mak Mani-Utenam/Ekuanitshit) ne peuvent plus reculer! C’est maintenant le grand jour pour elles. Le Défi SOS Santé, Moi pour toi, c’est en fin de semaine qu’elles le courront à relais de Montréal à Québec.

«Nous sommes prêtes pour le grand jour. Nous sommes dans les derniers préparatifs; l’organisation du transport et l’achat de nourritures», a indiqué la voix des Filantes du Nord, Catherine Lévesque, rencontrée à une semaine du départ.

C’est demain que les membres de l’équipe de Sept-Îles (Catherine Lévesque, Karine Therrien, Caroline Arsenault, Jeann-D’Arc Monger, Stéphanie Lalonde, Mylène Lebel, Marie-Claude D’Amour et Roxanne Martin) prendront la direction de Québec. L’aventure commencera vendredi avec un cours pour le VR. Samedi, on enfile les souliers de course, pour près de 270 km à relais jusque dans la Vieille Capitale.

Simulation

L’entraînement des Septiliennes a gagné en intensité dans les derniers temps. Certaines ont même simulé ce qui les attende. Elles se sont réveillées en pleine nuit pour aller courir par intervalles de quatre heures. Elles se disent prêtes et motivées, même si elles ne courront pas toutes au même rythme. «Ça fait quand même un an qu’on se prépare», a mentionné Catherine.

À l’approche du départ, du défi, ce n’est pas l’anxiété qui les gagne, mais une autre sensation. «On est fébrile, c’est l’excitation de vivre ça en équipe, l’accomplissement de tous les efforts», a souligné la capitaine. Et pour les sous, l’objectif des quelque 20 000$ aura été dépassé. «La population a été derrière nous. C’est grâce à elle. Ne reste qu’à vivre le défi.»

Nitinniun

C’est sensiblement le même discours du côté de l’équipe innu Nitinniun (Marie-Luce Jourdain, Alexandre St-Onge Mckenzie, Mali-Janne Vollant, Mélanie Simon, Marie-Ève Vollant, Josée Rock, Marjolaine Tshernish et Marie-Andrée Basile).

«On a hâte de partir, d’être les huit ensemble. On est en mode relaxe», a mentionné la responsable Marie-Luce Jourdain. Certaines des membres de son équipe se sont entraînées avec des filles de Filantes du Nord.Le seul stress vient de la gestion; la nourriture et le fonctionnement dans le VR.

Inquiètes pendant un certain temps, les femmes de Nitinniun ont été rassurées par l’organisation. Chacune des coureuses ira à son rythme. «C’est un défi d’équipe, mais avant tout personnel. Il faut relaxer et s’amuser, c’est ça l’essentiel», a indiqué Mme Jourdain. Et ce qu’elle retient jusqu’à maintenant, c’est qu’elles ont suscité l’envie d’autres personnes, elles leur ont donné le goût de bouger. Et l’équipe innu a également pu compter sur la générosité des gens.