Compressions : Baie-Johan-Beetz perd son service de transport scolaire

Compressions : Baie-Johan-Beetz perd son service de transport scolaire

Les élèves de niveau secondaire de Baie-Johan-Beetz subiront les impacts des compressions budgétaires imposées à la Commission scolaire de la Moyenne-Côte-Nord. Le service quotidien de transport scolaire des étudiants vers Havre-Saint-Pierre sera interrompu à compter de la fin septembre, un choix qui est loin de plaire au maire de Baie-Johan-Beetz.

Le conseil des commissaires de la Commission scolaire de la Moyenne-Côte-Nord a pris la «difficile» décision au moment de l’adoption de son budget 2014-2015, qu’il est parvenu à équilibrer en jonglant avec des compressions de plus de 500 000 dollars. «Oui, il y a des compressions et oui, c’est désagréable», a fait savoir le directeur général, Marius Richard.

«Ce sont les décisions gouvernementales qui nous amènent là», a-t-il renchéri. «Et ce n’est pas vrai que ça ne fait pas mal à personne, il faut que ça cesse!» En mettant fin au transport scolaire des quatre jeunes de niveau secondaire qui habitent Baie-Johan-Beetz et qui n’ont d’autres choix que d’étudier à Havre-Saint-Pierre, la commission scolaire parvient à économiser 40 000 dollars annuellement.

«On l’a fait tant et aussi longtemps que nous étions capables de le faire», soutient le directeur, qui a joint les parents des élèves touchés en début de semaine. La solution qui s’offre désormais à ces jeunes est d’être hébergés dans les résidences scolaires de Havre-Saint-Pierre, du dimanche au vendredi.

Un coup dur
Pour la municipalité de Baie-Johan-Beetz, qui est encore amer de la gestion gouvernementale des importants feux de forêt de 2013, c’est un autre coup dur. «Le gouvernement ne tient toujours pas compte de nos réalités, on est tous au Québec et on paye tous nos taxes», a déploré le maire Frédérick Gagnon. «C’est malheureux de faire de si grosses coupures, c’est encore les petites municipalités qui en paient le prix au bout du compte.»

L’élu souhaite pour l’heure évaluer les possibilités avec sa population pour trouver un plan B. «Il y a des gens qui travaillent à Havre-Saint-Pierre, peut-être pourrions-nous bâtir un réseau de transport bénévole par exemple», lance-t-il.

S’adapter aux régions
Frédérick Gagnon n’a pas beaucoup espoir que le gouvernement revienne sur sa décision de réduire le financement aux commissions scolaires du Québec, «mais, si au moins il se montrait sensible aux réalités des communautés éloignées», se désole le maire, qui prévoit néanmoins adresser une lettre au ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

Les propos du maire de Baie-Johan-Beetz ont trouvé écho chez le directeur général de la Commission scolaire de la Moyenne-Côte-Nord qui réclame aussi que Québec tienne compte des particularités des petits milieux. «On est sur le seuil de la porte, il ne faut pas d’autres coupures», a averti M. Richard.

Postes laissés vacants, restructuration des départements et réduction des dépenses administratives font aussi partie des mesures appliquées pour parvenir à équilibrer le budget de 16 millions $.

(Photo: Le Nord-Côtier)