Commission Viens : le chef McKenzie dénonce le manque de financement

Commission Viens : le chef McKenzie dénonce le manque de financement

Le chef Mike McKenzie présente le mémoire d’ITUM lors de son passage devant la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics.

Crédit photo : Le Nord-Côtier

Le chef de Uashat mak Mani-Utenam (ITUM), Mike McKenzie, a dénoncé les écarts entre le financement des gouvernements et les besoins de sa communauté. Il soulève aussi les problèmes de partage des compétences fédéral-provincial.

Le chef d’ITUM a témoigné jeudi devant la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics (CERP). Il a lu le mémoire d’ITUM à la Commission avant de livrer quelques commentaires personnels.

Il a expliqué au Commissaire Jacques Viens que sa communauté de 4 600 membres réclame une plus grande implication dans la dispense des différents services, dont entre autres en santé et en services sociaux.

Il a fait part des problèmes de sous-financement chronique qui affectent l’ensemble de l’offre de services. Selon le conseil de bande, le financement alloué ne tient pas compte des réalités sur le terrain.

Le chef donne l’exemple du Service de Police de Uashat mak Mani-Utenam (SPUM). ITUM doit actuellement éponger les déficits annuels de 500 000 à 700 000 $ de son corps de police.

Dans la plupart des dossiers, les négociations seraient compliquées par les problèmes de partage des compétences entre les gouvernements fédéral et provincial.

Selon ITUM, la solution passe par la conclusion d’un accord global sur la gestion du territoire innu et sur le financement des services. Une telle entente existe déjà chez les Inuits, par exemple.

Le conseil de bande croit aussi que les différents services publics devraient avoir un intervenant autochtone à leur service pour aider au traitement des plaintes concernant les autochtones.

Il est aussi d’avis que la réconciliation nécessite un meilleur enseignement de l’histoire autochtone.

La CERP siège à Maliotenam jusqu’au 25 mai 2018. Elle continuera ensuite ses travaux ailleurs au Québec.