Céline Pitre, une bénévole dévouée et attentionnée

Céline Pitre, une bénévole dévouée et attentionnée

Céline Pitre et sa petite-fille Noémie.

Crédit photo : courtoisie

Depuis plus d’une dizaine d’années, dont deux au sein du comité organisateur, Céline Pitre s’implique auprès du Relais pour la vie de Port-Cartier. De nature empathique, la dame se dit véritablement interpellée par la cause défendue par la Société canadienne du cancer.

À la retraite depuis moins de deux ans, Céline Pitre a toujours accordé une très grande importance au bénévolat. En plus de veiller au recrutement des équipes pour la prochaine édition du Relais pour la vie, elle offre aussi de son temps pour la livraison de la popote roulante et le centre de jour, deux services du Centre d’action bénévole de Port-Cartier.

«Je réalise que je peux aider une personne avec simplement un sourire, ou en jasant avec elle quelques minutes. On peut vraiment faire une différence avec de simples petits gestes, enchaîne-t-elle. J’ai toujours eu une très bonne écoute. Je suis la confidente de plusieurs personnes autour de moi. Je ne saurais dire ce qui les attire à me faire tout autant confiance.»

Également vice-présidente, elle réitère le rôle important joué par les équipes lors de cet événement-bénéfice de la Société canadienne du cancer. «Ils en sont le noyau. Plus on a de marcheurs, plus on amasse des fonds, explique-t-elle. J’ai relancé la plupart des capitaines des équipes de l’édition précédente. C’est une façon de faire qui a fait ses preuves. Sept ont déjà confirmé leur intérêt, même si leur inscription n’est pas officialisée.»

Un attachement profond

Comme la plupart des gens, Céline Pitre a connu des proches qui ont succombé à cette maladie. «À l’âge de 7 ans, j’ai perdu mon père. J’ai une cousine, des oncles et des tantes qui en sont aussi décédés. J’ai donc été touchée de près par cette cause. Heureusement, il y a de plus en plus de survivants. C’est la preuve qu’il est important de continuer à investir dans la recherche contre le cancer», lance-t-elle.

Année après année, elle croit fermement que la présence d’un plus grand nombre de survivants vient contribuer au succès de ce rendez-vous qu’elle apprécie pour son côté rassembleur. «Les gens sont solidaires. L’énergie qui s’en dégage est incroyable. Le drapeau du porteur d’espoir apporte un véritable baume, constate-t-elle. C’est ce qui nous amène à poursuivre la tradition pour une deuxième édition consécutive. Ça développe un très grand sentiment d’appartenance.»

Elle tient à rappeler que la présence de la Société canadienne du cancer contribue à une offre de service de proximité de plus grande qualité. Cette situation faisant en sorte que plusieurs Nord-Côtiers n’ont pas à se déplacer à l’extérieur pour recevoir les traitements requis par leur état de santé. «Les bienfaits sont tellement nombreux. Je suis à même de les constater. C’est un immense poids financier que ça retire des épaules de plusieurs.»

À venir

Au profit du Relais pour la vie de Port-Cartier, un souper spaghetti aura lieu le 3 février, au gymnase de l’école Mère d’Youville. Au cours de cet événement-bénéfice, une prestation sera offerte par les interprètes Jinny Bezeau et Guy Porlier, qui seront pour l’occasion accompagnés de quelques musiciens. Les billets sont en vente au coût de 20$, auprès des membres du comité organisateur et au Centre d’action bénévole de Port-Cartier.