La CAQ veut bloquer le projet éolien de Port-Cartier

La CAQ veut bloquer le projet éolien de Port-Cartier

Crédit photo : Pixabay

La Coalition Avenir Québec veut empêcher la signature d’une entente entre Hydro-Québec et Apuiat pour la réalisation d’un parc éolien à Port-Cartier.

De passage sur la Côte-Nord en mai, le ministre responsable de la région Pierre Arcand avait laissé entendre qu’une annonce était imminente dans le dossier du projet de parc éolien de 200MW que les Innus de Uashat mak Mani-Utenam souhaitent construire en collaboration avec Boralex et RES (Système d’énergie renouvelable Canada).

Le projet a été mis sur pied dans le cadre de la stratégie énergétique 2006-2015 du gouvernement. Des discussions auraient toujours lieu entre Hydro-Québec et les promoteurs, mais à ce jour, aucune entente n’a encore été conclue.

À la veille des élections, dans un communiqué la CAQ s’oppose farouchement au projet et reproche au gouvernement libéral de vouloir «utiliser l’argent des contribuables pour acheter des votes». La Coalition estime que le projet éolien de Port-Cartier va coûter 1,5 milliard$ aux contribuables québécois, puisqu’Hydro-Québec devra acheter son électricité à 0,115$ pour ensuite la vendre seulement 0,07$.

La CAQ ajoute que la société d’État prévoit déjà des surplus d’électricité jusqu’en 2026. Dans ce contexte, elle demande un «engagement clair» du gouvernement à «ne pas obliger Hydro-Québec à signer ce contrat d’ici le 1er octobre» (date de l’élection provinciale).

Irresponsable

Appelé à réagir par Le Nord-Côtier, le ministre Pierre Arcand a qualifié l’intention du chef de la CAQ «d’irresponsable».

«Il est totalement irresponsable de la part de M. Legault de ne pas respecter l’engagement du gouvernement de développer 4 000 MW alors qu’il veut construire de nouveaux barrages», a-t-il affirmé. «Renier ce partenariat avec les neuf communautés innues aurait un impact considérable sur le développement économique et social de la Côte-Nord», a-t-il ajouté, précisant que plus de 5 000 emplois dépendent de la filière éolienne au Québec et que les retombées économiques qui y sont associées s’élèvent à 10 milliards de dollars.

Pour sa part, la CAQ n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue.

Le maire Thibault en furie

Avec une telle opposition au projet qui est très attendu dans la région, le chef de la CAQ qui n’a pas encore présenté de candidat dans le comté de Duplessis «ne se fera pas d’amis sur la Côte-Nord», prévient le maire de Port-Cartier.

«Qu’il critique notre projet éolien qui va amener 350 emplois pendant 2 ans, 10 à 15 emplois en production et 500 000$ de redevances par année, mais François Legault, à l’heure actuelle, est-ce qu’il est capable d’accoter ça, lui, dans un projet à court terme», a questionné Alain Thibault.

Le maire défend aussi la rentabilité du projet pour les contribuables québécois.

«Il ne faut pas oublier que dans un projet de 600-700 millions en biens et services tu vas avoir des taxes qui vont se payer, qui vont revenir dans les coffres du gouvernement du Québec», a défendu M. Thibault. «Les travailleurs du projet vont payer des impôts, il va y avoir des retombées régionales, c’est bon pour nos entreprises, c’est bon pour tout le monde», a-t-il poursuivi.