Les Brotipo : des clowns pas comme les autres

Les Brotipo : des clowns pas comme les autres

Le duo de clowns les Brotipo s’amène sur scène avec une charrette pour faire faire le tour du monde aux spectateurs.

Crédit photo : André Chevrier

En allant à la rencontre du duo clownesque Les Brotipo, il ne faut pas s’attendre à voir d’immenses souliers disproportionnés et des costumes à froufrous jaune éclatant ornés de poids multicolores. C’est sobrement, avec uniquement une charrette sur scène, que le duo entraîne son public dans un tour du monde acrobatique.

«Souvent, les gens vont avoir une certaine image dans leur tête quand on dit le mot clown. Finalement, ils vont arriver au spectacle et vont se rendre compte que ce n’est pas du tout ce qu’ils s’étaient imaginé», a affirmé d’emblée, Jean-Félix Bélanger, membre du duo Les Brotipo.

En compagnie de son complice Rémi Jacques, aussi de la compagnie Les Foutoukours, il s’amène pour présenter pour la première fois sur la Côte-Nord leur duo de clowns. Le spectacle d’une précision digne de l’armée fait dans le style des clowns italiens, c’est-à-dire sobrement, avec une touche de sensibilité, et même de politique.

Les deux clowns transportent l’assistance dans leur quête vers l’endroit parfait pour s’établir et se créer un chez-soi. Pendant exactement 59 minutes et 7 secondes, chaque instant perçu par le public a été calculé et répété assidûment.

«Le spectacle est minuté de A à Z. Chaque silence est calculé, toute la trame sonore aussi (…) Les gens ont l’impression que c’est improvisé, naturel, que ça coule, mais pour nous, c’est très, très précis», a-t-il souligné.

D’impressionnantes acrobaties de cirque sont au rendez-vous des représentations. D’ailleurs, avant chacune d’entre elles, le duo se réchauffe physiquement pendant 1h30. De plus, les deux clowns s’entraînent assidûment chaque jour.

«En cirque, il faut le faire autant que dans un sport de haut niveau. Comme nous sommes en duo, il doit y avoir une confiance et une complicité physique qui restent», a dit M. Bélanger.

Solliciter l’imaginaire

Le spectacle des Brotipo s’adresse autant aux adultes qu’aux enfants. Comme la scène est très épurée, c’est dans son imaginaire que le public doit piger pour suivre le duo à travers le monde.

«Aujourd’hui, avec le numérique et le technologique, on n’est plus habitué de faire travailler cet esprit-là. Les gens sont souvent très reconnaissants de s’être promenés dans une jungle, par exemple, tandis que sur scène, il n’y avait pourtant rien d’autre qu’une charrette.»

Les Brotipo seront au Centre des arts de Baie-Comeau le 3 mars et au Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier le 9 mars.