Berchmans Boudreau pourrait quitter la vie politique

Berchmans Boudreau pourrait quitter la vie politique

Le maire Berchmans Boudreau

Crédit photo : Archives - Le Nord-Côtier

Le maire Boudreau était absent lundi lors de la rencontre du conseil municipal de Havre-Saint-Pierre. En caucus, il a indiqué être présentement en période de réflexion. Les conseillers, accompagnés d’un représentant du ministère des Affaires municipales et Occupation du territoire (MAMOT), ont quant à eux annoncé l’augmentation de deux millions de dollars la marge de crédit de la municipalité.

C’est lundi que le MAMOT a rencontré le maire et les conseillers pour les aider à faire des choix budgétaires qui tiennent compte des «grands principes de la fiscalité municipale». Le ministère des Affaires municipales aidera la municipalité à sortir de l’impasse budgétaire, tel que le mentionnait le maire Berchmans Boudreau. «Tant que les taux ne seront pas précisés, on ne pourra pas envoyer de comptes de taxes. Et dépendamment des taux qui seront adoptés, il faudra éventuellement revoir le budget», expliquait-il en entrevue la semaine dernière.

M. Boudreau a assisté à la rencontre d’information du MAMOT lundi après-midi, mais il était toutefois absent lors de la séance du conseil municipal en soirée. Il a confirmé être en réflexion quant à son poste de maire, mais a refusé de commenter la situation.

Autres démissions possibles

Au début du mois, deux conseillers, Sylvia Vigneault et Jean Arsenault, avaient signifié leur intention de démissionner. Le conseiller Jimmy Flowers a affirmé mardi (13 mars) que lui et ses trois collègues restants (Sylvain Cormier, Charlotte Cormier et Marie-Ève Thériault) sont aussi en réflexion. «Je ne parlerai pas pour tout le monde, mais oui, on est bien en réflexion. On va d’abord voir comment les prochaines séances vont se dérouler, comment la population va réagir à nos propositions», précise-t-il.

M. Flowers soutient par contre ne pas vouloir lâcher en pleine tempête pour autant. «Je veux trouver des solutions. On est là pour remettre la municipalité sur la bonne voie et je vais faire mon maximum pour que les services aux citoyens se perpétuent.»

À la séance publique, les quatre conseillers municipaux étaient accompagnés de Jean Dionne, le directeur adjoint aux opérations régionales du MAMOT. D’entrée de jeu, ce dernier a expliqué aux citoyens être sur place pour apporter son aide et s’assurer que le processus de budget et de règlement de taxation se passe à la satisfaction de tous. «Ce qui est important pour nous [MAMOT], c’est la poursuite du travail du conseil municipal. Parce que sinon, l’autre solution, c’est une mise en tutelle. Ça ne sera utilisé qu’en dernier recours», a-t-il précisé lors de la séance.

Une première étape

La nouvelle année étant commencée depuis trois mois et les taux de taxation n’étant pas encore adoptés, les conseillers ont convenu d’augmenter la marge de crédit de la municipalité. «C’est pour pallier au manque de revenus provenant de la taxation, ça vient nous donner une marge de manœuvre», explique Jimmy Flowers. Passant ainsi de 2,5 à 4,5 millions $, il mentionne que la marge de crédit sera équilibrée une fois que les taux auront été adoptés. «C’est la prochaine étape», convient-il.