Baie-Comeau aura son unité d’hémodialyse en 2018

Baie-Comeau aura son unité d’hémodialyse en 2018

Crédit photo : Le Manic

Une unité satellite d’hémodialyse sera implantée à l’hôpital Le Royer à l’automne 2018. Le projet de 1 050 000 $ permettra aux patients souffrant d’insuffisance rénale de la Manicouagan et la Haute-Côte-Nord de recevoir des services près de chez eux.

Charlotte Paquet

Le ministre responsable de la Côte-Nord et président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, a confirmé la nouvelle au nom de son collègue à la Santé, Gaétan Barrette, lundi, à Baie-Comeau, flanqué du président-directeur général (PDG) du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord, Marc Fortin.

« C’était un besoin absolument réel de la population, celle de l’ouest de la Côte-Nord », a souligné le ministre en notant les centaines de kilomètres que des gens doivent parcourir trois fois par semaine pour recevoir leurs traitements à Saguenay ou à Québec. Sept-Îles possède déjà une telle unité.

Le projet prévoit l’aménagement de quatre stations d’hémodialyse pouvant accueillir 16 patients par semaine et fonctionnant six jours sur sept. L’unité sera installée au deuxième étage, tout près du service ambulatoire de médecine. Les travaux nécessiteront la mise en place d’un système pointu de traitement de l’eau. « Ce n’est pas banal comme exercice pour la chaine de l’eau », a souligné M. Fortin.

Les services seront offerts en collaboration avec le Centre hospitalier universitaire de Québec- Université Laval. Un suivi et des interventions à distance seront possibles grâce à un système de visioconférence.

Les infirmières rattachées à l’unité satellite d’hémodialyse de Baie-Comeau devront être formées pendant six semaines par des néphrologues à Québec.

Un an et demi

Le député de la circonscription de René-Lévesque, Martin Ouellet, s’est réjoui de l’annonce, lui qui mène des démarches en ce sens depuis près d’un an et demi. « C’est une victoire pour les gens atteints d’insuffisance rénale », a-t-il assuré, en rappelant aussi les efforts en ce sens d’Hélène Brochu, du Centre d’action bénévole Le Nordest de Forestville.

Actuellement, deux citoyens de l’ouest de la Côte-Nord reçoivent des traitements d’hémodialyse dans un hôpital de Québec. D’autres ont déménagé pour se rapprocher des services.

Le ministre Arcand est d’avis que le nombre de patients augmentera à partir du moment où les gens ne seront plus obligés de parcourir de longues distances pour leurs traitements. Le PDG du CISSS considère pour sa part que le nombre grandissant de personnes souffrant de diabète aura un effet sur l’augmentation des cas d’insuffisance rénale.

Justice de proximité

Le ministre Arcand avait une deuxième bonne nouvelle à annoncer lors de son passage à Baie-Comeau. La Côte-Nord aura son centre de justice de proximité au cours de l’année 2018, a-t-il promis au nom de la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée. Un tel centre offrira des services gratuits d’information juridique, de soutien et d’orientation, en personne et par téléphone.

Pour le moment, il est encore trop tôt pour déterminer dans quelle municipalité le nouveau service sera installé. Même si un seul centre est prévu pour l’immense territoire nord-côtier, M. Arcand n’élimine pas la possibilité d’un deuxième. « Il n’est pas exclu qu’on en ait deux, s’il y a des problèmes majeurs », a-t-il indiqué.

De son côté, le député Ouellet a bien l’intention de continuer les démarches pour l’implantation de deux centres, comme il l’a exigé il y a quelques semaines en compagnie de la porte-parole de l’opposition officielle en matière de justice, Véronique Hivon.