Les ambulanciers de Sept-Îles et Port-Cartier intensifient la grève

Les ambulanciers de Sept-Îles et Port-Cartier intensifient la grève

Crédit photo : courtoisie

Depuis minuit, les paramédics de Sept-Îles et Port-Cartier ont repris la grève de manière plus intensive.

Les ambulanciers ont repris la grève pour laquelle le Tribunal administratif du travail permet des moyens de pression renforcés. Sur la Côte-Nord, Ambulances Porlier de Sept-Îles et Port-Cartier, ainsi que la Corporation des services préhospitaliers Basse-Côte-Nord à Blanc-Sablon sont touchés.

Les paramédics ont fait reconnaître le caractère non essentiel de davantage de tâches qu’ils effectuent en temps normal.

Depuis minuit donc, ils ne remplissent plus, ou différemment les formulaires qui permettent de facturer les patients. Dans les cas de transferts d’un patient d’un établissement à un autre, ils ne se déplacent plus à l’intérieur des établissements, sauf dans des cas particuliers. Ils ne font plus de retour d’escorte médicale lorsqu’il n’y a plus de patient à bord (généralement une infirmière).

Ils ont également cessé de faire plusieurs tâches connexes, comme par exemple, la gestion du bac de récupération ou des factures d’essence de l’employeur. Ils ne prendront pas part à des activités de relations publiques.

Les ambulanciers affirment que les négociations avec la partie patronale, la Corporation des services ambulanciers du Québec, sont au point mort. En renforçant leurs mesures de grèves, ils espèrent «forcer le gouvernement et les entreprises à faire leurs devoirs».

La convention collective des ambulanciers est échue depuis mars 2015.