Alexandre Barrette: un as de l’autodérision

Alexandre Barrette: un as de l’autodérision

Dans Imparfait, Alexandre Barrette a cherché à se présenter le plus fidèlement possible aux gens. Un objectif qu’il semble avoir réussi à atteindre.

Crédit photo : Courtoisie

À l’image du titre de son deuxième one-man-show «Imparfait», Alexandre Barrette éprouve un réel plaisir à rire de ses défauts. Lorsqu’il est sur scène, il cherche à demeurer le plus authentique possible. Une recette qui semble lui porter fruit.

D’entrée de jeu, Alexandre Barrette insiste sur le fait que le choix du titre de ce deuxième one-man-show en a été l’étape ultime. «Le titre d’un spectacle est quelque chose d’assez facultatif pour moi. Il y a tout de même un lien, car on y retrouve beaucoup d’autodérision. C’est un spectacle très personnel. Je n’ai en rien construit le spectacle autour de ce titre, tient-il à préciser. Il revêt tout son sens, mais il n’en a pas été la pierre angulaire. Je ris beaucoup de mes défauts.»

En fin de tournée, l’humoriste se dit très heureux de la réaction des gens qui viennent le voir en spectacle. «Les gens réagissent bien. Les commentaires sont super bons. Les rires sont constants. Je suis très satisfait de ce spectacle. Je commence à me sentir un peu nostalgique. Même si la demande était toujours là, j’ai choisi de mettre fin à cette tournée. Je voulais la terminer en force avec des salles pleines. C’est une décision que j’assume pleinement. Je vais me mettre rapidement au travail pour un troisième one-man- show», avance-t-il.

L’envie de faire mieux

Dès le départ, cet as de l’humour a cherché à s’assurer que ce spectacle soit meilleur que le précédent. «Il était hors de question pour moi de sortir un show que je considère moins bon que le premier. J’aurais vu ça comme un échec. Il fallait qu’il soit meilleur que le premier. Je suis loin de le renier, mais j’ai beaucoup évolué depuis. Ma prestance sur scène et mon écriture ont changé. Je l’avais rôdé dans plusieurs soirées d’humour avant la première.»

Plus confiant, il arrive à mettre plus facilement sa pudeur de côté. «Mes textes sont plus solides, plus originaux. Sortir un one man show, c’est m’exposer aux gens, me dévoiler. J’assume plus ce que je dis dans ce deuxième one man show. C’est plus cohérent. Je fais preuve de moins de pudeur. C’est un peu plus vulgaire par moment», lance-t-il.

Comme lui avait conseillé l’un de ses professeurs à l’école nationale de l’humour Christian Bégin, Alexandre Barrette voulait que son contenu le représente bien. «Il m’a fait comprendre qu’il y a tellement d’humoristes et qu’il est important d’être fidèle à soi-même. Ce que je suis sur scène me ressemble beaucoup, explique-t-il. Je ne me verrais pas écrire un show politisé. Ce n’est pas dans ma nature. Je me dois de respecter mon essence comique. J’en suis plus conscient aujourd’hui qu’auparavant.»

Un atout considérable

Même s’il a pris beaucoup de plaisir à l’animation de «Taxi Payant» et de «Atomes Crochus» sur les ondes de V, il indique que l’humour demeure plus que jamais sa carte première. «Ça m’a donné une très belle visibilité. Je suis reconnaissant de ces expériences que j’ai eues à la télé. Le danger d’avoir animé longtemps à la télévision a fait en sorte qu’on me perçoit parfois à tort comme un animateur qui s’essaie en humour. Ce n’est pas le cas. Je suis humoriste dès le jour un. Ma passion première demeure l’humour», affirme-t-il.

Deux représentations du deuxième one man show d’Alexandre Barrette seront présentées sur la Côte-Nord doit le 23 octobre à la Salle Jean-Marc-Dion et le 24 octobre au Centre des arts de Baie-Comeau. Pour les Nord-Côtiers, il s’agit de l’ultime chance d’en voir son contenu sur scène puisque la tournée se termine en décembre 2017.